L'Ascension, une disparition primitive ?

Publié le 10 Mai 2013

La fête de l'Ascension est fondé sur un très curieux récit de Luc 24, 50-53, et amplifié par Actes 1, 2-11, et qui a son pendant en Matthieu 28, 16-20. Des récits qui ont été rassemblé dans les années 80-90 probablement au sein de la communauté judéo-chrétienne d'Antioche, où l'on estime que ces deux évangiles ont été écrit. Dans le texte primitif, il n'y ait fait aucune allusion à une montée au ciel de Jésus. Et si on suit Matthieu 28, 10-16, et Luc 1, 6, ce récit a des portées politiques.

En effet, d'après Matthieu 28, 10 et 16, si les disciples se rendent sur la montagne de l' Ascension, c'est que Jésus leur a indiqué le site. Ici, il y a fort rapprochement avec la prudence dont fait preuve Jésus avant sa mort et sa résurrection à Jérusalem, lors de la fête de Pâque qui lui sera fatal. Il faut dire que la Galilée où semble se reformer la communauté plutôt discrètement peut-être après une série d'apparitions comme dans 1 Corinthiens 15, 5-7, est gouverné par Hérode Antipas qui au cours de ministère de Jésus l'a obliger à quitter la Galilée et n'a pas hésité à tuer Jean le Baptiste. Il verrait d'un mauvais œil la renaissance de ce mouvement apocalyptique dont le maître l'a traité de " Renard ". Donc la prudence est de rigueur. Et les disciples ont du venir en petit groupe pour ne pas se faire remarquer probablement autour des 12, des 3 femmes disciples principales, Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques ou Joset, ou Marie de Jacques d'après une variante de, et Salomé, mère de Jacques et Jean, fils de Zébédée, les 4 frères de Jésus, Jacques, Simon, Jude et Joset et probablement Cléophas, l'oncle de Jésus, et son fils Syméon. On sait comment les autorités romaines et leurs collaborateurs régissaient à l'encontre de réunion non autorisée, le cas qui a causé la chute de Pilate en 36 est parlant.

D'après Actes 1, 6, la première question que pose les disciples à Jésus est tout sauf ambiguë : " Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le Royaume pour Israël ? " En effet, par sa Résurrection, tel que le montre Paula Fredriksen et Daniel Schwarz, Jésus inaugure la venue du Royaume en étant le premier ressuscité, d'où la question. Dans Actes 1, 7-8; l'auteur de l'évangile de Luc met dans la bouche de Jésus une réponse qui n'est probablement pas celle originale de Jésus : " Vous n'avez pas à connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité ; mais vous allez recevoir une puissance, celle du Saint Esprit qui viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. " Ici, c'est la réflexion qui a vu le jour au sein des communautés chrétiennes après la chute du Temple (70), où les Chrétiens s'étant aperçu que la Seconde venue du Christ, la Parousie, n'avait pas eu lieu. Et avec Matthieu 28, 19, le seul élément en commun est le suivant : " vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. " Pour Daniel Schwarz, ce ne serait pas " jusqu'aux extrémités de la terre " mais " jusqu'aux extrémités d'Israël ", c'est-à-dire Eretz Israël. Ce serait la seule partie authentique du texte. Ce serait la seule partie authentique du texte.

Il était probablement précédé d'une réponse où Jésus annonçait que la Royauté allait bien revenir à Israël, du fait même de sa propre Résurrection, annonciatrice du Jour de Yahwé, en faisant cela il réveillait le mouvement jusque là en attente, et encourageait peut-être les apôtres au sens large à revenir à Jérusalem, d'après Actes 1, 4 : " il leur recommanda de ne pas quitter Jérusalem, mais d'y attendre la promesse du Père ". En effet, si l'on suit Hyam Macoby, Jésus serait mort parce qu'il aurait voulu réaliser une prophétie de Zacharie 14 où le monde nouveau commencerait au Mont des Oliviers, donc à proximité de Jérusalem. La Résurrection de Jésus réactualisait donc la prophétie, mais cette fois avec le Retour du Fils de l'homme.

Ensuite, d'après de nombreuses variantes, Jésus " disparut au milieu d'eux ", et ne fut pas " enlevé au Ciel ". Un langage qui symbolise plutôt un passage à la clandestinité mais symbolique pas réel. Car c'est le Ressuscité qui part en clandestinité jusqu'au Jour de Yahvé, étant d'après Actes 2, à la position du Messie, à la droite de Dieu. L'évangéliste Luc expliquera plus tard ce terme à son public qui ne le comprenait peut-être pas par la montée au Ciel, peut-être par l'ajout d'une petite séquence ou en utilisant un matériau traditionnel au sein de sa communauté : " et une nuée vint les soustraire à leurs regards. Comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s'en allait, voici que deux hommes en vêtements blancs se trouvèrent à leur côté et leur dirent : " Gens de Galilée, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Ce Jésus qui vous a été enlevé pour le ciel viendra de la même manière que vous l'avez vu s'en aller vers le ciel. " (Actes 1, 9-11) Ici, le " vers le Ciel " ne symbolise pas le Royaume des Cieux de Matthieu, mais un nom que l'on donnait à Yahwé, utilisé par les juifs pratiquants respectant l'interdiction de prononcer son Nom. Une sorte de " vers le Père ", terme abondamment utilisé par Jésus. Ce que disent probablement ces deux anges, c'est que Jésus ne reviendra pas dans la gloire mais de façon aussi humble qu'il a disparu. Ce que pourrait montrer le fait qu'il a peut-être fait des apparitions au cours des périodes difficiles de la communauté, sans être jamais mentionné, ce que suggère Matthieu 28, 20 : " Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin des temps. " Notamment pour faire remplacer Jacques qui a été lapidé en 62, et conseiller en 70 aux chefs de sa communauté de fuir Jérusalem. De bons conseils comme toujours.

Cela se produisit probablement au printemps comme le montre la présence d'une nuée, donc un temps humide, peut-être quelques jours avant la Pâque, jour de la libération nationale du peuple d'Israël. Jésus apprécie toujours autant les symboles. Ce qui laissera le temps à la communauté de s'installer chez des sympathisants, tel le Cénacle, et achètent des immeubles, peut-être la maison où se déroule la Pentecôte, pour s'y installer pour réaliser la promesse de Jésus et donc de préparer au mieux l'annonce aux Juifs et aux sympathisants craignants-Dieu qu'elle fera lors des grandes fêtes juives, dont le récit de Actes 2 est un des modèles.

Quand plus tard, l'évangéliste Luc repris ce récit entre 80 et 90, il en modifia le contenu en effacer le contenu nationaliste et révolutionnaire, notamment en Actes 1, 6, pour lui donner une nouvelle actualité car ce probable prosélyte par son " Vous n'avez pas à connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité " montre que ce dernier, qui a dû vivre le choc de la Chute du Temple (70), invite à ces lecteurs de voir que le Fils de l'homme viendra lorsqu'il écrit, les poursuites de l'empereur Domitien (88-91) et l'exclusion des synagogues (88-95) étant alors des signes visibles qui ne touchent cette fois-ci que les Chrétiens, et non pas l'époque du Christ et celle de la Première guerre juive (66-73), d'où la formule vague tenu par Jésus. Il est possible aussi que contrairement à la communauté de Matthieu, où Jésus restait présent, celle de Luc, pourtant plus charismatique, n'ait plus bénéficié d'apparitions de Jésus, et que certains membres de sa communauté ait douté de sa Résurrection. Par ce récit, Luc affirmait que Jésus avait bien ressuscité mais qu'a présent ce dernier laissait le relais à la communauté chrétienne seule d'annoncer la bonne nouvelle, tout comme l'évangéliste Jean, dont la communauté semble avoir connu le même problème, dans le récit de l'apparition à Thomas : " Heureux ceux qui croient sans m'avoir vu " (20, 24).

freyr1978

Dessin de Tazi-san

Dessin de Tazi-san

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Culture biblique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Jean 20, 24.29<br /> &quot;Heureux ceux qui croient sans avoir vu&quot;<br /> et non &quot; ... m'avoir vu&quot;<br /> le texte grec ne mentionne pas le pronom personnel &quot;m&quot;
Répondre
P
Vous n'avez pas tort, car la TOB et la Bible de Jérusalem dit plutôt : &quot; Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru.&quot; Il faut aussi se rappeler que les pronoms personnels ne figurait pas dans la langue araméenne et hébraïque, raison pour laquelle il ne figure pas quand ils ont été transmis en grec dans les évangiles. Donc rien n'interdit d'en ajouter un, comme c'est le cas dans la formule de l'Eucharistie où Jésus aurait dit en réalité : &quot; Ceci est corps... Ceci est sang... &quot; Et pourtant dans les traductions n'utilisent-on pas le &quot; mon &quot;. C'est la traduction qui figurait sur ma Bible que j'ai reçut avant ma première Communion. Et elle donne une vision plus personnelle du message du Christ ressuscité !<br /> <br /> freyr1978
R
Merci pour votre blog tjr si intéressant à lire et vos articles de qualité, signe d'une Eglise qui n'est pas si &quot;pensée unique&quot;
Répondre
C
Je pense que certains de vos articles sont surprenants pour des chrétiens qui n'ont pas eu la chance de pouvoir bénéficier des travaux d’exégètes ou de théologiens actuels. Il y a eu tant de condamnations !! ces derniers ne publient pas tout car ils sont toujours sous la crainte de se voir condamnées. Lors d'une émission récente sur Jésus on a vu ainsi se côtoyer le meilleur et le pire. Mais les réalisateurs ont expliqué qu'ils y étaient obligés. Condamner, exclure, c'est devenu une habitude depuis ces derniers temps dans cette église. <br /> <br /> Tu n'es pas d'accord avec la thèse privilégiée ? allez ! on t'enlève ta chaire. <br /> Je pense toujours à un théologien comme Hans kung. On lui a tout simplement retiré son gagne pain sans s'interroger sur quelles sources de revenus il allait avoir. Quelle fraternité !!! Heureusement l'Etat allemand est plus intelligent et il n'a pas laissé périr un homme d'un telle qualité et il a créé une chaire spéciale pour lui !!!
Répondre
D
Bonjour à vous, je tiens à vous féliciter de votre excellent travail. On voit qu'il y a dans vos textes beaucoup d'efforts intellectuels et honnêtes pour mieux comprendre ce que les Écritures ont à nous dire aujourd'hui. J'espère que vous ne vous laisserez jamais décourager par ces petites chiens de garde qui jappent après tout ce qu'ils ne sont pas habitués de voir. On leur souhaitera de sortir un jour de leur infantilisme. Merci beaucoup de votre travail. C'est un plaisir de vous lire.
Répondre
E
Bonjour,<br /> Je ne vois pas bien ce que vous proposez de bien concret. Vous m'avez l'air d'une petit succursale de Golias. <br /> Idées assez banal ! Du protestantisme fait maison assez pénible à lire.<br /> Avec de telles idées vous n'êtes plus du tout catholique.<br /> Salutations !<br /> Eschaton.ch
Répondre
P
Morneur ? Frustration ? Désespérance ? Ce sont vos arguments ou vos sentiments plutôt. Et si je suis catholique en quoi cela vous dérange ? Est-ce suis dangereux que vous souhaitiez que je change de confession ? Vous avez une drôle de position sur ce qu'est être catholique. C'est un mot grec qui veut dire universel, mais on ne peut pas être universel si l'on veut obliger chacun à croire la même chose que soi, d'autant que le Christ et Paul ont toujours invité les autres au changement qu'allait amener le Royaume de Dieu, et que c'était un choix libre. Et vous pouvez décider à ma place si je suis catholique ou non ?<br /> <br /> freyr1978
R
Donc si on ne suit pas sans nuance l'avis de l'Eglise on est pas catholique ?! bel exemple de fraternité...
M
Comment vous différenciez vous de Golias ?<br /> Même morneur, même frustration, même désespérance.<br /> <br /> Pourquoi demeurer catholique ? Les protestants vous ouvrent les bras !
P
Une petite succursale de Golias ? Du protestantisme fait maison ? Est-ce bien des arguments cela. Selon vous, tout progressiste se référe à Golias, lorsqu'il crée un blog. Cela est méprisant d'autant que ce que j'avance l'ait aussi par des exégètes catholiques. Et en quoi rechercher le contexte historique de la vie de Jésus et sa résurrection est protestant surtout si l'on sait que le premier à l'avoir fait était un déiste allemand Hermann Samuel Reimarus au XVIIIe siècle. Ce qui relativise votre terme de &quot; protestantisme fait maison &quot;. De plus, en quoi suis-je protestant ? Le fait de ne pas penser comme-vous induit qu'on pense comme la confession voisine. Je peux vous dire en connaissance de cause qu'en matière d'exégèse on retrouve le même phénomène chez certains protestants. Dans ce cas, en privilégiant une interprétation littérale comme les protestants évangéliques et fondamentalistes, nous serions tous deux protestants me semble-t-il. Et avant de dénigrer cette confession, essayer plutôt de vous enrichir en dialoguant avec elle même si sur certains traits nous et les protestants nous ne sommes pas toujours du même avis.<br /> <br /> freyr1978
P
Une partie du texte n'ait pas apparu, si vous voulez faire une critique constructive, je vous invite à lire l'intégralité de celui-ci.<br /> <br /> freyr1978
Répondre
M
les dessous de Jésus est digne de Charlie Hebdo
Répondre
P
Charlie Hebdo est un journal satyrique, pas un facteur de haine, car c'est une œuvre dont l'objectif est une critique moqueuse de son sujet (des individus, des organisations, des États, etc.), souvent dans l'intention de provoquer ou prévenir un changement. Il n'y a rien de haineux sauf dans l'esprit de ceux qui se sentent blessé, mais où serait donc la liberté d'expression dans ce cas. Jésus pudique ? Il faut dire qu'il respectait peu les conventions sociales de son temps : il mangeait avec des pêcheurs, parlait avec des femmes, en avait comme disciples, ne rejetait pas les Samaritains, tout ce qui pour un juif de l'époque en fait une personne scandaleuse. Mais la pudeur, tsniout en hébreu, désigne dans le Talmud, en fait l'humilité, qui désigne ici quelqu'un qui évite de faire étalage de ses attraits, y compris intellectuels mais aussi de ses besoins. Ce que fait Jésus en mettant toujours le Père avant lui. Et Jésus de son temps a divisé, ce qui peut minimiser le fait qu'il ait un facteur de paix. D'ailleurs n'a-t-il pas été crucifié par les Romains ?<br /> Dans les évangiles, le Jésus ressuscité se montrent à des très proches, ceux qui ont été ses disciples et probablement sa famille. Dans les 1 Corinthiens 15, les apparitions sont plus variées, mais même les 500 disciples sont tous membres de la communauté de Jésus et l'ont peut-être aperçut lors de ses différents séjours à Jérusalem. Sinon, il n'est jamais apparu, comme le fait très bien remarqué le philosophe Celse, à aucune personne en dehors de ce cercle. Mais si vous connaissez des gens extérieur à son cercle à qui il serait apparu, nommer-les, ce serait intéressant de savoir ce que vous entendez à ce sujet.<br /> <br /> freyr1978
M
&quot;les dessous de Jésus&quot; feraient vendre Charlie Hebdo ; ça c'est sur !<br /> Jésus était pudique, lui.<br /> Il était facteur de paix et non de haine comme l'est ce journal satirique <br /> <br /> nb : Erreur. Jésus ne s'est pas montré qu'à des tres proche. Relis tes Evangiles
P
Les dessous de Jésus ? Charlie Hebdo ? Ici, je cite les évangiles et les Actes des Apôtres qui je pense ne sont pas Charlie Hebdo, et d'ailleurs montre la très grande prudence du Jésus ressuscité, qui n'apparait qu'à des très proches et indique le lieu où aura lieu l’Ascension. Dois-je vous les inviter à les relire ? Mais après tout, ce n'est pas une insulte, car l'hebdomadaire satyrique que vous citez fait au moins le travail des journalistes en dévoilant les travers de nos politiques, chefs d'entreprises voire religieux, ce qui n'est pas une mauvaise chose et que soutiendrai probablement Jésus qui n'aimait pas les hypocrites. <br /> <br /> freyr1978