Publié le 10 Avril 2017

Le LIVE PRÉSIDENTIEL de LCI.fr et Live Présidentielles 2017 dans LeMonde.fr nous montrent que nous sommes à J-13 - Ça y est, la campagne officielle est lancée et les candidats vont profiter de l'égalité du temps de parole pour tenter de faire basculer les électeurs en leur faveur.

 

En tête dans les sondages, Marine Le Pen s'est fait remarquer après ses propos sur la responsabilité de la France dans la rafle du Vel d'Hiv'. "Si on doutait que Marine Le Pen est d'extrême droite, on ne peut plus en douter", a réagi Benoît Hamon. De son côté, Jean-Luc Mélenchon poursuit son ascension dans les sondages. Sur la Canebière à Marseille, le candidat de La France insoumise, qui a réuni près de 70 000 personnes, selon les organisateurs, a évoqué la paix. Il est aussi revenu sur les intentions de vote en sa faveur, en hausse ces derniers jours. Toujours fragilisé par les affaires, François Fillon a rassemblé, dimanche, près de 25 000 personnes, selon les organisateurs, au cours d’un grand meeting à Paris. Durant son discours, le candidat de la droite a demandé à ses sympathisants non pas "de l'aimer", mais de le "soutenir".

 

Contrairement à ceux qui ont annoncé qu’il a abandonné la partie, Benoît Hamon dévoile sur Twitter (@benoithamon) ce qu’il fera les premiers mois où il sera président : il lancera des travaux sur la santé environnementale avec notamment une Conférence citoyenne, son premier déplacement il l'effectuera à Athènes pour évoquer la solidarité entre Européens et la lutte contre l'austérité, il soumettra à la discussion du premier Eurogroupe mon projet de traité de démocratisation de la gouvernance de la zone euro, son 1er projet de loi sera consacré à la transparence de la vie publique et à la fin des conflits d’intérêt dans la République, il proposera un contrat de majorité qui sera proposé aux Assemblées, le Parlement prendra toute sa place comme lieu de centralité démocratique, son 1er référendum portera sur le droit de vote des étrangers aux élections locales, puis la reconnaissance du vote blanc et le 49.3 citoyen, sa 1ère réunion seront les États généraux du Travail avec les partenaires sociaux pour définir les contours de la nouvelle loi Travail, sa première mesure sera de prendre un décret revalorisant immédiatement le RSA à 600 euros, il rencontrera M. Deltour sur la lutte contre l'évasion fiscale et proposera l’asile au lanceur d'alerte Edward Snowden, et il assume sa différence avec M.Mélenchon car son projet c'est une Europe solidaire et fraternelle.

 

Rien n’est joué et les sondages ne font pas les élections. Les favoris devraient se montrer prudents pour ne pas avoir de mauvaises surprises, car des petits candidats pourraient jouer un rôle comme Philippe Poutou ou Nicolas Dupont-Aignan.

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 9 Avril 2017

I.Media dans son article du vendredi 7 avril 2017 «Le cardinal Walter Kasper reste partisan de l’ordination d'hommes mariés» nous montre que pour le 60e anniversaire de son ordination, le cardinal allemand a publié le 6 avril 2017 un entretien sur le site officiel des évêques allemands, Katholisch.de. À 84 ans, le président émérite du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens affirme que le pape François attend des propositions de la part des Conférences épiscopales sur la question de l’ordination des hommes mariés, dont le prélat est un fervent partisan.

 

Encore sur I.Media, l’article du vendredi 7 avril «Le Saint-Siège en bref : le pape François remercie les évêques maltais pour leur interprétation d’Amoris laetitia» nous montre que par une lettre du cardinal Lorenzo Baldisseri, secrétaire général du synode des évêques, le pape François a remercié le 5 avril les évêques de Malte pour leurs directives sur l’exhortation apostolique Amoris laetitia (2016), a révélé le site américain National Catholic Register le 6 avril 2017. Les évêques maltais avaient publié début janvier leur interprétation concernant les personnes divorcées-remariées, les autorisant à communier au terme d’un discernement pastoral. Dans la presse maltaise, Mgr Charles Scicluna, archevêque de Malte, a également affirmé avoir eu une rencontre «cordiale» avec le cardinal Gerhard Ludwig Müller. Le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi avait rappelé à l’ordre en février les évêques qui sur-interprètent le magistère du pape.

 

I.Media nous fait savoir également dans son article du vendredi 7 avril «Le Saint-Siège en bref : deux organisations caritatives catholiques appellent à prier et à jeuner pour la Syrie» que deux organisations caritatives catholiques, la Caritas Italie et Pax Christi Italie, prévoient une journée de prière et de jeûne pour la Syrie le mercredi 12 avril 2017, rapporte L’Osservatore Romano du 7-8 avril. «Alors que les institutions internationales et les gouvernements poursuivent des négociations stériles et se renvoient les responsabilités», Caritas et Pax Christi condamnent le massacre commis à Idlib (Syrie), peut-on lire dans l’article du quotidien du Vatican. «Nous restons du côté des victimes non seulement pour les aider à survivre à la guerre, affirme la Caritas, mais aussi pour construire un futur durable de paix, basé sur la culture de la non-violence».

 

Malheureusement I.Media nous informe aussi dans son article du vendredi 7 avril «Le Saint-Siège réaffirme clairement son opposition au contrôle des naissances comme la solution à la surpopulation» que l’observateur permanent du Saint-Siège à l’ONU, Mgr Bernardito Auza, a demandé l'abandon du contrôle des naissances comme solution à la surpopulation et à la pénurie de ressources, lors d’une session de travail des Nations unies, a-t-on appris par un communiqué de la mission du Saint-Siège le 5 avril 2017. Ce discours confirme les prises de position récentes du Saint-Siège et des évêques américains. S’opposer à la contraception, est pour Mgr Auza essentiel du fait que la croissance est pleinement compatible avec le partage de la richesse mais cela relève d’un grand optimiste. Les populations du Sud sont en constant développement démographique et doivent chercher une transition leur permettant d’avoir moins d’enfants plus éduqués et en meilleure santé. Élever des enfants est aussi un coût que tous les parents ne peuvent se permettre s’ils sont trop nombreux, d’où le travail des enfants ou le fait de choisir les enfants qui iront ou pas à l’école.

 

Aujourd’hui le pape François dans son homélie du dimanche des rameaux a dénoncé la souffrance dans le monde d'aujourd'hui, rappelant ceux qui «souffrent du travail d’esclaves, ils souffrent de drames familiaux, de maladies… Ils souffrent à cause des guerres et du terrorisme, à cause des intérêts qui font mouvoir les armes et qui les font frapper. Hommes et femmes trompés, violés dans leur dignité, rejetés». Un bon rappel puisque le pape met en avant que «Jésus est en eux, en chacun d’eux, et avec ce visage défiguré, avec cette voix cassée».

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0

Publié le 9 Avril 2017

L'entrée de Jésus à Jérusalem : une démarche politique
D'après Marcus J. Borg («Jésus and politics», 20 mars 2016, Bible Odyssey [internet]), Jésus a aussi utilisé des moyens politiques, les plus spectaculaires se présentèrent dans deux manifestations politiques publiques, l'entrée triomphale à Jérusalem et les marchands expulsés du Temple. Ces deux événements annonçaient l'avènement du Royaume de Dieu. Ce royaume de Dieu devait être quelque chose de différent des royaumes terrestres. La transformation de ce monde verrait le règne de Dieu sur terre et les élites dominant le peuple n'en feront pas partie. Ce sera un monde de justice économique dans lequel tout le monde aura les bases matérielles de l'existence. Et ce sera un monde de paix et de non-violence.
 
 
Brent Kinman (Jesus' entry into Jerusalem : in the context of Lukan theology and the politics of his day, Brill, 1995) pousse plus loin la signification de l'entrée triomphale à Jérusalem, il la place comme les arrivées officielles des grandes figures publiques telles que les rois et dirigeants de l'antiquité. Au contraire Pilate accompagné de 1000 soldats romains entrait à Jérusalem magnifiquement accueilli par les fonctionnaires de la ville : à savoir les grands prêtres et les aristocrates. Les pèlerins juifs venant du Mont des Oliviers comptaient quelques dizaines de milliers de personnes et Jésus se trouvait parmi eux. Il est à noter que ces pèlerins galiléens et Jésus sont entrés dans la ville par la porte est, sur le Mont des Oliviers. Pilate d'autre part, accompagné de ses soldats entrait dans la direction opposée, à l'ouest. Ainsi, ces cortèges ne se rencontraient pas à leur arrivée.
 
 
Cette entrée peut s'être faite pendant la fête des Tabernacles (Soukkot), comme le montre Flavius Josèphe en parlant d'une ville près de Jérusalem qui s'était vidée de tous ses habitants parce qu'ils étaient partis à Jérusalem pour accueillir les pèlerins (Guerre des Juifs, 2,515). Comme le suggère Marie–Émile Boismard (Synopse des quatre évangiles en français, vol. II, Commentaire, avec P. BenoitA. Lamouille et P. Sandevoir, Paris, Éd. du Cerf, 1972), elle se déroule en automne, période expliquant la présence de branchages et est l'objet d'une prophétie de Zacharie 14 où cette fête joue un grand rôle puisque le jour de Dieu aura lieu lors de cette fête. Cela explique pourquoi les soldats romains présents sur place ne l'ont pas arrêté, car Jésus n'a pas rassemblé les masses à Jérusalem, mais a plutôt rejoint le pèlerinage dans la ville sainte en déguisant sa prétention messianique dans l'accueil des pèlerins.
 
 
Subtil, Jésus comme le montre Marcus J. Borg («Jésus and politics», 20 mars 2016, Bible Odyssey [internet]) fait son entrée à Jérusalem sur un âne symbolisant un royaume de paix dans lequel les armes seront bannies. Selon Hyam Maccoby (Paul et l'invention du christianisme, Lieu commun, 1987)  les espoirs apocalyptiques qui s'étaient centré autour de lui, d'abord comme prophète, puis comme prophète-roi, font irruption dans un accueil enthousiaste dans la foule grouillante de Jérusalem comme le montre Marc 11,8 et par l'acclamation avec le cri : "Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !"
 
Une fois arrivé,  Jésus comme le montre Marc J. Borg («Jésus and politics», 20 mars 2016, Bible Odyssey [internet]) se rend au Temple qu'il accuse publiquement d'être comme "une caverne de voleur" après avoir chassé les marchands, car il était devenu le centre de la collaboration avec la domination impériale romaine et sa lourde fiscalité (Matthieu 21,13Marc 11,17, et Luc 19,46). Hyam Maccoby (Paul et l'invention du christianisme, Lieu commun, 1987) pousse plus loin et montre que Jésus comme roi légitime, procède à une réforme approfondie du Temple, le purifiant de la corruption et de la vénalité de son Haut Sacerdoce Sadducéen. La masse juive présente aurait applaudi chaque mouvement. La police du Temple, qui aurait agi brusquement contre une simple violence individuelle, était impuissante à entraver les gestes de Jésus.
 
 
L'entrée triomphale à Jérusalem et la purification du Temple montre que Jésus met en avant l'avènement du futur Royaume de Dieu et doit affronter aussi les élites de son temps.
 
 
Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Culture biblique

Repost 0

Publié le 8 Avril 2017

Le débat à la présidentielle du mardi 4 avril 2017 sur BFMTV et CNews a surtout mis en avant les petits candidats notamment Philippe Poutou qui s'en est violemment pris à François Fillon et à la présidente du Front national Marine Le Pen, mais aussi Nathalie Arthaud se mettant en avant comme la candidate des "travailleurs" contre la "classe capitaliste" remettant à sa place François Fillon qui «dit combattre l'assistanat et s'accorde des largesses» et Nicolas Dupont-Aignan s’en prenant directement à Emmanuel Macron et à François Fillon s’est placé en candidat honnête, tandis que Marine Le Pen a été la cible des «petits candidats» qui l’ont bien malmenés, alors que François Fillon a mis en avant son côté sérieux tout en refusant de répondre aux questions sur ses affaires, Emmanuel Macron le favori des sondages lui n’a pas pris de risque comme à son habitude, ce qui a amené François Asselineau à lui dire : «Monsieur Macron, vous êtes toujours d'accord avec tout le monde». Le président de l'UPR, François Asselineau, lui en utilisant les articles et les traités européens mettait en avant la sortie de l’UE, Jean-Luc Mélenchon a pu mettre en avant ses idées sur la VIe République et l’Europe avec un coup de fatigue sur la fin, alors que Benoît Hamon a été meilleur en attaquant frontalement Marine Le Pen sur le terrorisme, Jean-Mélenchon sur l’Europe et Emmanuel Macron sur les fonctionnaires tout en promettant de créer un million d’emplois sur cinq ans. Jacques Cheminade attaquant les marchés financiers et François Lasalle qui a mis en avant son parcours professionnel atypique n’ont pas pu se mettre réellement en avant dans ce débat décousu.

 

Les sondages se suivent, mais peut-on leur faire confiance ? Comme le montre l’article du 9 novembre 2016 de l’HuffingtonPost.fr «Comment les sondages ont-ils pu sous-estimer à ce point le résultat de Donald Trump à cette élection présidentielle? » nous montre que durant l’élection américaine l'écart entre les deux candidats, même s'il semblait important, restait clairement dans la marge d'erreur classique. De plus, le nombre de personnes non-décidées à quelques jours de l'élection, ou souhaitant voter pour un des autres petits candidats, était bien plus élevé que d'habitude. Même échec pour le «Big Data» («grosses données», ou mégadonnées) comme le montre l’article du 10 novembre 2016 de telerama.fr «Elections américaines : la faillite des “data scientists”», puisque ces ingénieurs aux modèles et algorithmes à la pointe de la technologie pensaient improbable la défaite d'Hillary Clinton. C'est un cas d'école des limites de l'analyse des données et des statistiques. Les données aussi précises et aussi massives qu'elles soient, ne décrivent pas assez bien la réalité et resteront toujours imparfaites.

 

On est à J-15 du 1er tour. LCI.fr dans son Direct nous montre François Fillon sera demain à la Porte de Versailles après qu’il s’est comparé hier à Vercingétorix tour en recevant le soutien de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et Bruno Lemaire, alors que Marine Le Pen est dès aujourd'hui en meeting à Ajaccio, car un sondage la donne en tête des intentions de vote en Corse, où des violences en amont entre des militants nationalistes corses et des sympathisants du FN, ont forcé la candidate à tenir son meeting dans une annexe, alors qu’elle est écartelée suite aux frappes américaines en Syrie vu qu’elle est une partisane du dialogue avec Damas et Moscou mais aussi avec le président américain Donald Trump. Enfin, Benoît Hamon passera son grand oral devant les étudiants de Sciences Po, ce dernier veut encore y croire après avoir fait campagne hier en Saône et Loire puis dans la Nièvre où il se désigne en «Sisyphe heureux» tout en mettant en avant que François Mitterrand aussi a connu des campagnes difficiles avant de connaître la victoire. Pour Jean-Luc Mélenchon aussi, le week-end est primordial : il sera dimanche à Marseille pour un meeting en plein air à la Canebière. Il est dans une bonne semaine puisqu’un sondage le donne à égalité avec François Fillon, mais s’avère trop optimiste car les sondages ne font pas l’élection. De retour de Corse, où il était hier, Emmanuel Macron s'exprimera depuis Paris sur les ultramarins, alors qu’il a essayé dans L’Emission Politique de France 2 le jeudi 6 avril de prendre ses distances avec François Hollande et de se présenter en outsider alors qu’il est le favori de l’élection présidentielle tout en mettant en avant son programme centriste qui ne risque pas de plaire à tout le monde, comme le montre ces participants à ses meetings qui partent au bout de 15 minutes.

 

Benoît Hamon a-t-il raison d’y croire encore ? Sans doute. Il peut compter sur Jean-Christophe Cambadélis qui a lancé jeudi un appel en à serrer les rangs derrière le candidat socialiste à la présidentielle et il a saisi la Commission des conflits pour annoncer qu’il exclura toute personne qui adhère à En Marche! Enfin. Aujourd'hui, les 42 citoyens du Conseil citoyen décident de remettre leurs propositions à Benoît Hamon. Il souhaite également qu'un Conseil citoyen soit installé demain auprès du président de la République tout en s’en prenant à Macron en disant : «le clivage droite/gauche disparaît, la démocratie ne peut plus réguler le débat pacifiquement et la violence apparaît».

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 7 Avril 2017

cruxnow.com nous montre le vendredi 7 avril 2017 que les évêques du Paraguay ont encouragé dans une déclaration du 31 mars 2017 un dialogue entre toutes les parties dans la crise politique du pays, parce que «la paix exige la culture de la rencontre, la recherche du bien commun, et l'unité nationale», après que des centaines de manifestants ont mis le feu au bâtiment au Parlement à Asunción durant la nuit. Les évêques ont exhorté les citoyens et le gouvernement à regarder «non seulement les motivations de vos actions, mais aussi leurs conséquences, et d'agir avec raison et bon sens».

 

Ces manifestations violentes à Asunción se sont produites lorsqu'un groupe de législateurs a approuvé un amendement constitutionnel qui permettrait la réélection du président Paraguayen, Horacio Cartes, l’un des entrepreneurs les plus riches du pays, qui a été éclaboussé par plusieurs affaires de corruption. Dans un geste surprise, et la tenue d’un vote à huis clos, 25 sénateurs ont appuyé la mesure controversée. L'opposition a nommé cette mesure illégale, un coup d'État. Jusqu'à présent, les émeutes ont laissé au moins un mort, de nombreux autres blessés - dont les législateurs, la police et les manifestants - et 200 personnes on été arrêtées.

 

Au moins comme nous le montre Radio Vatican dans son article du 29 mars «Les évêques du Paraguay s'opposent à une réélection du président», les évêques du Paraguay protestent aussi contre le projet d’amendement à la Constitution, qui permettrait à d’anciens chefs de l’État de se représenter à une élection présidentielle. Depuis 1992, la réélection du président est interdite par la Constitution, de façon à éviter toute dérive autoritaire. Cette manœuvre semble susciter l’hostilité d’une large majorité des électeurs paraguayens, déçus par les inégalités persistantes malgré un taux de croissance compris entre 3 et 4% par an.

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 6 Avril 2017

L’OBS dans son article du jeudi 6 avril 2017 nous montre un coup de tonnerre dans l'Église catholique : l'évêque de Dax (Landes), Mgr Hervé Gaschignard, a été contraint à la démission en raison d'"attitudes pastorales inappropriées" envers des jeunes, une décision exceptionnelle de la hiérarchie catholique. Cette démission intervient dans un contexte de mises en cause répétées de l'Église pour sa gestion des affaires de pédophilie. Elle a été acceptée jeudi par le pape François, a annoncé la Conférence des évêques de France (CEF) dans un communiqué.

 

Interrogé par l'AFP, le responsable de la communication à l'évêché de Dax, Paul Perromat, s'est borné à préciser que cette démission intervenait après "des propos et comportements inappropriés qui auraient pu être tenus" par Mgr Gaschignard, mais "il n'est en aucun cas question d'agressions ou d'actes sexuels". "À l'heure actuelle, aucune plainte n'a été déposée ni auprès du procureur de Dax, ni auprès de celui de Mont-de-Marsan", a-t-il ajouté, soulignant que "l'église d'Aire-sur-Adour et de Dax pense à toutes les personnes blessées dans cette histoire".

 

L'évêque, âgé de 57 ans et originaire de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), a présenté sa démission "sur suggestion du Nonce apostolique", l'archevêque italien Luigi Ventura, représentant du Vatican auprès de l'Église catholique française, précise la CEF dans son communiqué signé par son président, Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille. Dans des communiqués séparés, l'évêché de Dax et le cardinal-archevêque de Bordeaux, Jean-Pierre Ricard, font état de "problèmes" de l'évêque "dans sa relation pastorale aux jeunes". Les rumeurs sur ces "attitudes inappropriées" avaient "rendu difficile le gouvernement du diocèse", indique encore la CEF.

 

Le responsable d'une association landaise de lutte contre la pédophilie, "Colosse aux pieds d'argile", a indiqué à l'AFP avoir recueilli ces derniers mois deux témoignages mettant en cause Mgr Gaschignard : un garçon de 14 ans que l'évêque aurait notamment interrogé sur ses pratiques sexuelles, et une adolescente du même âge ayant parlé de "caresse sur la cuisse, bisou volé sur la joue, chuchotements dans l'oreille, et beaucoup de paroles inappropriées".

 

Pour sa part, le cardinal Jean-Pierre Ricard précise avoir reçu "le 21 mars deux personnes du diocèse d’Aire et Dax, en contact avec des jeunes. Elles lui ont fait part de leurs interrogations et même du malaise ressenti devant des attitudes et des paroles de Mgr Hervé Gaschignard vis-à-vis de jeunes". Le 28 mars, dans le cadre de l’Assemblée des évêques à Lourdes, le cardinal en a parlé à Mgr Gaschignard, qui, "déjà alerté, en avait informé le Nonce apostolique et pris contact avec le procureur de la République".

 

Le pape François a nommé Mgr Bernard Charrier, évêque émérite de Tulle, âgé de 78 ans, administrateur apostolique du diocèse d’Aire et Dax. Mgr Hervé Gaschignard avait été ordonné prêtre en 1989, consacré évêque en 2008 et nomme évêque d'Aire et Dax en 2012.

Selon le quotidien La Croix, le comportement de Mgr Gaschignard lui avait déjà valu une alerte, il y a six ans, alors qu’il était évêque auxiliaire de Toulouse depuis 2007, en charge de la formation des prêtres et des laïcs, de la jeunesse et de la famille. Quatre encadrants d’un pèlerinage pour jeunes s’étaient émus par courrier auprès de l’archevêque de Toulouse, Mgr Robert Le Gall, de la proximité de l’évêque avec les jeunes. "Par prudence", ce dernier avait fait un signalement au procureur de la République qui l’avait classé sans suite. Une autre famille, ajoute le quotidien, avait fait état d’un comportement inapproprié, à Nantes, alors que le religieux était directeur adjoint du séminaire (1995-2006) et conseiller spirituel des scouts d’Europe.

 

L'Église catholique a mis en place en 2016 un plan d'action pour lutter contre "les abus sexuels" (cellules d'écoutes des victimes, commission d'expertise indépendante...). Selon des données de la CEF, la France compte moins de 0,5% de prêtres ou diacres (70 sur environ 15.000) mis en examen ou condamnés pour abus sexuels sur des mineurs. Mais l'Église catholique reste confrontée dans de nombreux pays à des critiques récurrentes à propos de son laxisme dans la lutte contre la pédophilie.

 

Ça commence à faire beaucoup, et cela vient encore mettre du plomb dans l’aile dans les belles paroles données par les évêques de France, s’ils ont déjà des loups parmi eux comment peuvent-ils y arriver. Pour y arriver, il faudrait fuir le cléricalisme qui fait que les évêques ne mettent pas en avant les victimes pour chercher à protéger les brebis galeuses qui salissent l’Église par leurs crimes.

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 5 Avril 2017

francetvinfo.fr dans son Direct du mercredi 5 avril 2017 nous signale qu’une attaque chimique a coûté la vie à plusieurs dizaines de personnes dans cette ville de la province d'Idleb, au nord-ouest de la Syrie, mardi. L’OBS dans son article «Attaque en Syrie : les victimes présentent des signes d'exposition à "des agents neurotoxiques"» nous montre ce mercredi 5 avril 2017 que certaines victimes d'une attaque chimique présumée en Syrie présentent des symptômes évoquant une exposition à une catégorie de produits chimiques comprenant des agents neurotoxiques, a annoncé ce mercredi l'OMS à Genève. Selon l'Organisation mondiale de la santé, l'attaque qui tué hier au moins 72 civils dans la province d'Idleb semble avoir impliqué des armes chimiques, relevant "des signes compatibles avec une exposition à des produits organosphosphorés, une catégorie de produits chimiques incluant des agents neurotoxiques".

 

Libération.fr nous montre dans son Direct que le pape François a dénoncé mercredi au Vatican un «massacre inacceptable» en Syrie, où une attaque chimique présumée a fait 72 morts et provoqué l'indignation à travers le monde. «Nous assistons atterrés aux derniers événements en Syrie. Je déplore fermement le massacre inacceptable survenu hier (mardi) dans la province d'Idleb, où ont été tuées des dizaines de personnes sans défense, parmi lesquelles tant d'enfants», a déclaré le pape d'un ton sombre lors de son audience hebdomadaire.

 

Enfin francetvinfo.fr dans son Direct nous fait savoir que les États-Unis montrent les muscles. L'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, a prévenu, ce mercredi, que son pays pourrait prendre des mesures unilatérales si l'ONU n'arrivait pas à répondre à l'attaque chimique qui a fait plusieurs dizaines de morts près de Khan Cheikhoun, dans la province d'Idleb, au nord-ouest de la Syrie. Lors de la réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont présenté un projet de résolution condamnant l'attaque chimique. Moscou a jugé ce projet de résolution "inacceptable".

 

Les États-Unis prendront des mesures unilatérales en Syrie si l'ONU ne parvient pas à répondre à l'attaque chimique, et il faut espérer que ça marche mieux qu’en Irak et en Afghanistan.

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 4 Avril 2017

Marie Malzac dan son article du mardi 04 avril 2013 pour la-Croix.com nous montre qu’arrivé récemment en Bosnie-Herzégovine, l’envoyé spécial du pape pour Medjugorje a encouragé les fidèles attachés à ce lieu, voyant dans le culte marial qui s’y déroule une «intervention» divine. Un mois plus tôt, l’évêque local avait redit sa ferme opposition au «phénomène Medjugorje».

 

Envoyé par le pape en février dernier pour dresser un état des lieux «exclusivement» pastoral de la situation à Medjugorje, Mgr Henryk Hoser, archevêque de Varsovie-Praga, est arrivé la semaine dernière en Bosnie-Herzégovine. Après une étape à Sarajevo, la capitale, et à Mostar, où réside l’évêque dont dépend le sanctuaire, Mgr Hoser a rejoint la petite ville mariale afin d’y rencontrer la communauté franciscaine en charge du lieu et les fidèles attachés à la dévotion qui y perdure depuis plus le début des apparitions présumées il y a trente-cinq ans.

 

Dans l’homélie prononcée samedi 1er avril, lors de la messe qu’il présidait dans l’église paroissiale Saint-Jacques, l’archevêque polonais a précisé sa conception du phénomène marial qui s’y déroule. Il a qualifié «ce culte, tellement intense ici et extrêmement important», de «nécessaire pour le monde entier». Il a également évoqué son expérience, en tant que missionnaire au Rwanda : au début des années 1980, des apparitions mariales ont «prédit» le génocide qui devait survenir une dizaine d’années plus tard. «Personne ne comprenait rien à ce message à l’époque», a-t-il souligné, ajoutant que cette mariophanie avait été reconnue par l’évêque du lieu vingt ans plus tard, en 2001.

 

«Marie s’est présentée comme la Mère du Verbe, dans une perspective de manque de paix», a-t-il dit. De la même manière, les apparitions de Medjugorje se rattachent selon lui à cette «troisième guerre mondiale en morceaux» dont parle souvent le pape François. «Prions pour la paix car les forces destructrices sont immenses, la course aux armements ne cesse de croître, les gens se déchirent, les familles se déchirent, les sociétés se déchirent», a poursuivi Mgr Hoser. «Il nous faut une intervention du ciel ! Et la présence de la Sainte Vierge est ce type d’intervention. C’est une initiative de Dieu. Et donc, j’aimerais vous encourager et vous réconforter en tant qu’envoyé spécial du pape.» Invitant les fidèles à propager «dans le monde entier la paix par la conversion du cœur», l’archevêque a affirmé que «le plus grand miracle de Medjugorje, ce sont les confessionnaux ici».

 

Deux jours plus tôt, à son arrivée à Medjugorje, Mgr Hoser avait rappelé aux fidèles présents sa mission sur place, celle de «proposer des directives» pastorales pour l’avenir du sanctuaire. «Le pape, avait-il assuré, est très intéressé au développement de la piété populaire autour de ce lieu». Par ailleurs, deux semaines avant son arrivée, dans une interview accordée au site spécialisé Aleteia, Mgr Hoser avait déjà assuré que l’enquête pastorale dont il est chargé ne remettrait pas en cause la dévotion mariale locale.

 

Autour de ce phénomène de masse – le lieu de pèlerinage accueille chaque année plus de deux millions de visiteurs –, les franciscains qui en ont la charge et les évêques successifs du lieu se déchirent depuis plusieurs années. Encore récemment, Mgr Ratko Perić, évêque de Mostar, a redit que la Vierge n’était «pas apparue à Medjugorje». Des déclarations qui n’ont pas été sans jeter le trouble parmi certains fidèles.

 

Ces divergences au niveau de la hiérarchie ecclésiastique s’inscrivent dans le cadre d’un conflit vieux de plusieurs décennies entre le diocèse et la province franciscaine d’Herzégovine, initialement autour de la répartition des paroisses, rendant extrêmement complexe le discernement autour du phénomène. Les déclarations des uns et des autres, parfois contradictoires, alimentant une certaine confusion autour de ce lieu. Pour l’heure, la déclaration officielle valable pour l’Église est celle des évêques de l’ex-Yougoslavie de 1991, selon laquelle, «sur la base des recherches effectuées, il n’est pas possible d’établir qu’il y a eu des apparitions ou des révélations surnaturelles». Les pèlerinages privés y sont toutefois autorisés.

 

Face aux controverses suscitées par apparitions mariales quotidiennes présumées, plusieurs enquêtes ont été menées. Le dernier rapport de la commission mise en place en 2010 par Benoît XVI et menée par le cardinal Camillo Ruini a été remis au pape François en 2014, mais ce dernier n’a fait aucune annonce depuis. La reconnaissance officielle d’apparitions mariales est normalement du ressort de l’évêque mais dans le cas d’une situation complexe comme celle de Medjugorje, ce sera à la Congrégation pour la doctrine de la foi de statuer.

 

Pouvait-on attendre autre chose de Mgr Henry Hoser, évêque conservateur de Varsovie-Praga, venant de la Pologne connue pour sa mariolâtrie, qui au lieu de faire une enquête pastorale sérieuse sur les apparitions mariales de Medjugorge qui ont enrichi considérablement ses voyants dont les propos ne sont même pas sûrs, souhaite avant que le culte marial continue au risque que les fidèles se trompent en suivant des soit disant apparitions. L’argent qu’amènent les pèlerins, est-il plus important que la vérité ? C’est peut-être le cas.

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0

Publié le 3 Avril 2017

Christopher Lamb dans son article pour The Tablet du lundi 3 avril 2017 nous montre un discours prononcé par le préfet de la liturgie du Saint-Siège a fustigé les changements liturgiques qui ont eu lieu après le concile Vatican II en louant des lignes directrices controversées sur les traductions de la messe que le pape François aurait appelé à revoir.

 

Le cardinal Robert Sarah, qui dirige la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, a fait valoir dans un message envoyé à l'occasion du 10e anniversaire de la publication du Motu proprio Summorum Pontificum du pape Benoît XVI que ceux qui promeuvent une «liturgie moderne» auraient causé une catastrophe, une dévastation et le schisme en essayant de réduire la messe en un «simple repas convivial». Le rassemblement des évêques 1962-1965 durant le concile Vatican II a cherché à renouveler le catholicisme par en le rebranchant à l'Église primitive tout en exhortant les catholiques à engager un dialogue avec le monde, et les dirigeants de l'Église qui se sont réunis à Rome à cette époque ont voté presque unanimement la réforme la liturgie.

 

Il veut réduire la messe à «une PRIÈRE, mais aussi et surtout à un MYSTÈRE où quelque chose est accompli pour nous, que nous ne pouvons pas bien comprendre, mais que nous devons accepter et recevoir dans la foi, l'amour, l'obéissance et en adorant le silence». En gros, des fidèles infantilisés ne comprenant pas ce qu’ils font. Il est aussi plein d'éloges pour Liturgiam Authenticam, le texte publié en 2001 par le Vatican misant sur la façon de traduire en latin les langues vernaculaires, mais cette initiative produit trop de traductions latines et des phrases sonores obscures qui font obstacle à la «pleine participation active» des personnes à la messe comme le souhaitait le concile Vatican II.

 

Comment s’étonner de cela, puisque le cardinal Sarah lors d’un rassemblement à Aachen marquant les dix ans où Benoît XVI a levé les restrictions sur la liturgie tridentine a que dit l'ancienne messe peut développer la version contemporaine à travers «la redécouverte des postures exprimant l'adoration du Saint-Sacrement : agenouillée, génuflexion, etc, et aussi plus souvenir caractérisée par le silence sacré». Cela donne idée de la réforme liturgique que nous prépare un cardinal qui n’a pas su passer son curseur en dehors des années 1950 et qui souhaite que les fidèles aient une place minime dans la liturgie. Le pape devrait se décider à choisir un nouveau personnel plus fiable pour faire des réformes.

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0

Publié le 2 Avril 2017

Dans son article du vendredi 31 mars 2017 «Assemblée plénière de printemps : communiqué final» et dans la «Lettre de Mgr Pontier à Mgr Lafont», eglise.catholique.fr nous montre qu’au nom des évêques de France, Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France a adressé une lettre à Mgr Emmanuel Lafont, évêque de Cayenne pour exprimer au peuple et à l’Église de Guyane son soutien dans l’actuel contexte troublé. Il trouve «Que tout le peuple» qui «se lève est un signe fort à la fois de sa souffrance et de son désir de vivre», est «un signe aussi de sa volonté de faire face, uni, à tous ces défis» que sont la santé, l’éducation, la sécurité, l’économie, l’accès au foncier, la justice, l’habitat, la protection de la biodiversité et des ressources du sol de la mer et du sous-sol, les infrastructures, les relations de la Guyane avec le monde environnant (Amérique du Sud et Caraïbes).

 

Comme nous le signale francetvinfo.fr ce dimanche 2 avril dans son «DIRECT. Crise en Guyane : reprise des négociations au lendemain des annonces du gouvernement l'enveloppe annoncée par le gouvernement», samedi, n'a pas apaisé les colères. Ce plan d'urgence de plus d'un milliard d'euros n'a pas été accepté par les collectifs de manifestants. Les organisateurs du mouvement social en cours en Guyane ont réclamé un "nouveau statut" pour leur territoire, estimant que les propositions émises par le gouvernement sont "non satisfaisantes". Les négociations ont donc repris en fin d'après-midi, à la préfecture de Cayenne.

 

Les évêques de France ont choisi de soutenir le peuple guyanais alors qu’ils avaient été inaudibles lors de la contestation contre la loi travail, ce qui est une bonne chose et espérons que la Guyane ait gain de cause.

 

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0