Articles avec #actualites de l'eglise tag

Publié le 25 Septembre 2013

Le père Greg Reynolds a été excommunié et réduit à l'état laïc, cette décision fut ratifié par le pape François selon l'archevêque de Melbourne.

Il avait fondé le groupe 'Inclusive Catholics' qui était favorable à l'ordination sacerdotale des femmes, d'hommes mariés et au mariage entre personnes de même sexe. Le père Greg Reynolds pense que c'est la raison de son excommunication.

Pourtant, il n'a pas pas participé à l'ordination de femmes prêtres et n'a pas célébré de mariage entre des personnes de même sexe qui seraient des motifs canoniques d'excommunication.

La raison est plus simple, il célébra une messe alors qu'il était suspendu, où il laissa un invité donner une hostie à son chien. L'archevêque de Melbourne s'en était plaint dans les médias. Cela peut-être considéré comme une profanation de l'Eucharistie qui elle est punie d'une excommunication.

L'excommunication n'est pas une bonne chose surtout que le Vatican l'a envoyé sans en donner les raisons, après tout le père Reynolds est en droit de penser que l'Église condamne ses enfant sans leur donner le droit de se défendre, devenu laïc il pourra défendre ses idées sans contraintes.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0

Publié le 23 Septembre 2013

L'Église est actuellement dans une crise dont elle est la seule responsable, car elle n'a pas voulu se rénover sous l'impulsion des signes des temps. Il n'est pas encore trop tard pour mettre en application de bonnes mesures.

Pour mettre fin aux abus en son sein, il faudrait créer des congrégations de révision (financières, disciplinaires, théologique et morales), mais aussi réformer le clergé à l'humilité chrétienne, mais aussi affaiblir l'influence des communautés nouvelles et des nouveaux mouvements ecclésiaux qui empêchent toutes les réformes. Il faudra également chasser les clercs qui n'ont pas été exemplaires.

On peut aussi essayer de réunir la chrétienté dans des assemblées œcuméniques, tout en procédant à des concessions.

Enfin, l'Église doit vivre de façon frugale, mettre en avant l'assistance aux pauvres et abandonner l'infaillibilité pontificale. Elle n'a pas besoin d'État, ni de banque, ni d'être protégé par des soldats.

L'Église doit montrer le bon exemple, car elle se doit d'accueillir ceux qui souffrent, comme Jésus l'a toujours fait.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Église

Repost 0

Publié le 22 Septembre 2013

En visite en Sardaigne ce dimanche 22 septembre 2013, le pape François a dénoncé "un système économique qui a en son centre une idole qu'on appelle l'argent."

Pour le pape François, cette situation vient de la "conséquence d'un choix mondial." Pour lui, "Hommes et femmes doivent être au centre, comme Dieu le veut, et non l'argent."

Comme le dit le pape François pour préserver ce système économique, on a abandonné les plus faibles, les vieux et ceux qui n'ont nulle part où se loger. Mais pour satisfaire ce système, on a également abandonné les jeunes. Le pape souhaite un système plus juste qui pourrait les aider.

Ce message peut porter en Sardaigne où plus de 50 % des jeunes est au chômage. Le pape dénonce ici le chômage comme la conséquence de ce système économique ne pensant qu'à l'argent.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0

Publié le 18 Septembre 2013

Après que le futur n°2 du Vatican, Mgr Pietro Parolin ait dit qu'on pouvait discuter du célibat des prêtres, le pape François a fait geste un envers les divorcés remariés et les couples non mariés.

Dans une interview donnée le lundi 16 septembre 2013 au journal du diocèse de Rome, Romasette, le pape François a demandé de 'trouver une autre voie' pour les couples en seconde noces tout en disant aux prêtres de les accompagner afin qu'ils se sentent chez eux.

Pour les couples non mariés, le pape demande de ne pas les rejeter ou les juger. Pour le pape, ils doivent recevoir un 'accueil cordial'.

C'est une bonne réponse à ces couples qui demandent à être pleinement dans l'Église et aux prêtres qui demandaient des gestes envers eux à leur hiérarchie.

Cette question pourrait faire partie des réformes proposées par le pape François qui semblent ne pas être que structurelles. Attendons de voir ce qu'il en est.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0

Publié le 14 Septembre 2013

APIC dans sa dépêche du 13 septembre 2013 nous montre que des théologiens catholiques d'Europe et des États-Unis ont lancé un appel au pape pour la nomination de femmes cardinales. Dans leur message publié le 12 septembre 2013 dans les revues "Aufbruch" en Suisse et "Publik-Forum" en Allemagne, les signataires rappellent que, jusqu'au XIXe siècle, des laïcs pouvaient accéder au cardinalat.

Ni la Bible, ni le dogme, ni la tradition ecclésiale ne fournissent le moindre argument qui pourrait empêcher le pape de mettre en œuvre le plus vite possible une telle mesure souligne le texte. Le pape est libre de lever la condition de l'ordination sacerdotale préalable qui figure dans le droit canon (can. 351).

Les signataires se référent aux propos du pape François selon lesquels les femmes doivent pouvoir jouer un rôle plus important dans l'Église. Par une telle démarche, le pape permettrait que les femmes, qui constituent la moitié des membres de l'Église, puissent prendre part à l'élection du prochain souverain pontife. Pour les auteurs de l'appel, il ne s'agirait pas d'une 'cléricalisation' supplémentaire de l'Église, mais d'une participation active des femmes aux décisions importantes.

Parmi les signataires figurent notamment les noms d'Helen Schüngel-Straumann, professeure de théologie suisse, de Margit Eckholt, professeure à Osnabrück, du capucin suisse Anton Rotzetter, du philosophe et théologien autrichien Walter Kirchschläger, de la théologienne féministe américaine Elisabeth Schüssler Fiorenza ainsi que du comité de la Ligue suisse de femmes catholiques.

C'est une demande très intéressante qui nous l'espérons aura une suite des plus favorable ou amènera une discussion sur les ministères féminins au sein de l'Église.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0

Publié le 13 Septembre 2013

RTL.fr dans son article du 11septembre 2013 montre qu'interpellé par un journaliste athée, le pape lui a répondu par une longue lettre publiée ce mercredi dans le journal italien "La Repubblica".

Le pape François répond longuement mercredi aux questions posées par un célèbre éditorialiste, athée déclaré, dans le journal italien La Repubblica.

En juillet et août, dans deux éditoriaux, Eugenio Scalfari, intellectuel de gauche et cofondateur du quotidien La Repubblica, avait posé des questions de fond au pape argentin sur les relations entre la religion et l'homme, la société moderne.

De façon inédite, le pape lui répond sur plusieurs pages dans les colonnes du journal : "La culture moderne fondée sur le siècle des lumières" a souvent accusé "l'Église et la culture d'inspiration chrétienne" de représenter "l'obscurantisme de la superstition qui s'oppose à la lumière de la raison". D’où la nécessité d’entamer un dialogue ouvert sans préjugés pour une rencontre féconde.

À la question "le Dieu des chrétiens pardonne-t-il ceux qui ne croient pas et ne cherchent pas la foi ?", le pape répond par l'affirmative estimant que "le péché, même pour ceux qui n'ont pas la foi, est d'aller à l'encontre de leur propre conscience".

Le pape reconnaît par ailleurs "les lenteurs, les infidélités, les erreurs et les péchés qui ont été commis et peuvent encore être commis par ceux qui composent l'Église" signant sa lettre inédite : "avec ma proximité fraternelle, François".

Le pape François montre une recherche du dialogue très intéressante qui ne se limite pas à dire des raccourcis faciles sur les athées et montre aussi que l'Église doit aussi voir ses erreurs et pas seulement celles des autres.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0

Publié le 12 Septembre 2013

BFMTV.com montre dans son article du 12 juillet 2013 que le nouveau numéro deux du Vatican, Pietro Parolin, actuellement nonce apostolique au Venezuela, estime dans un entretien avec le journal local El Universal que le célibat des prêtres "n'est pas un dogme" et constitue un précepte dont il est possible de "discuter".

Le célibat "n'est pas un dogme et on peut en discuter car c'est une tradition ecclésiastique", a déclaré Mgr Parolin dans cette interview publiée dimanche, admettant que ce débat était "un défi" pour le pape François, qui l'a désigné le 31 août secrétaire d'État du Vatican.

"L'effort qu'a fait l’Église pour instaurer le célibat des prêtres doit être considéré. On ne peut pas dire, simplement, qu'il appartient au passé. C'est un grand défi pour le pape (...) et toutes ces décisions doivent être prises dans le but d'unir l’Église, pas de la diviser", a poursuivi l'ecclésiastique.

"Il faut tenir compte, au moment de prendre des décisions, de ces critères (la volonté de Dieu, l'histoire de l'Église), de même que de l'ouverture à l'air du temps", selon le nouveau numéro deux de l'Église catholique, poste qu'il occupera à compter du 15 octobre à la place du controversé Tarcisio Bertone.

Mgr Parolin, originaire de Vénétie, au nord-est de l'Italie, a jugé aussi que les changements au Vatican, promus par le pape François, pouvaient être obtenus avec "un esprit démocratique" et par une direction "collégiale de l'Église où peuvent s'exprimer toutes les tendances". "Il a toujours été dit que l'Église n'est pas une démocratie. Mais il est bon, à notre époque, qu'il y ait un esprit plus démocratique, dans le sens d'une écoute attentive et je crois que le pape en a fait un objectif de son pontificat", a-t-il également déclaré.

Une importante réorganisation de la Curie romaine (le gouvernement du Vatican) est en cours depuis l'élection du pape François en mars. Âgé de 58 ans, Mgr Parolin, a été nommé nonce à Caracas en 2009 par Benoît XVI et a exercé sa charge dans un climat de tension récurrente avec le gouvernement de l'ancien président Hugo Chavez, décédé il y a six mois.

Mgr Parolin est un homme plein de bon sens, et montre qu'on peut discuter du célibat ecclésiastique. Après tout, il ne fait qu'à répondre à une demande légitime au sein de l'Église.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0

Publié le 11 Septembre 2013

RTL.fr dans son article du mercredi 11 septembre 2013 nous montre que le pape François a appelé mardi 10 septembre à Rome les ordres religieux à accueillir les réfugiés dans les couvents vides, qui ne doivent pas servir à "gagner de l'argent".

"Les couvents vides ne servent pas à l'Eglise pour qu'elle les transforme en hôtels pour gagner de l'argent. Les couvents vides ne sont pas à nous, ils sont pour la chair du Christ que représentent les réfugiés", a-t-il dit lors d'une visite dans un centre d'accueil de la capitale.

"Certes, ce n'est pas quelque chose de simple, il faut des critères, de la responsabilité mais aussi du courage. Nous faisons tant (en faveur des réfugiés) mais peut-être sommes-nous appelés à faire davantage", a-t-il ajouté.

Poursuivant sur l'aide aux pauvres et aux réfugiés, le pape argentin a affirmé que "la charité qui laisse le pauvre tel qu'il est ne suffit pas" : "il ne suffit pas de donner un sandwich" car "la vraie miséricorde (...) demande justice, veut que le pauvre puisse trouver la voie pour ne plus l'être".

Lors de cette visite au centre d'accueil des réfugiés Astalli, géré par les jésuites dans le centre de Rome, le pape a rencontré de nombreux bénévoles, religieux et réfugiés et a été salué par deux d'entre eux, le Soudanais Adam et la Syrienne Carol.

"Chacun de vous, chers amis, porte une histoire de vie qui nous parle de drames de guerres, de conflits, souvent liés aux politiques internationales", leur a dit le pape.

"Mais chacun de vous porte surtout une richesse humaine et religieuse, une richesse à accueillir, non à craindre. Nombre d'entre vous sont musulmans, d'autres religions. Nous ne devons pas avoir peur des différences. La fraternité nous fait découvrir qu'elles sont une richesse, un don pour tous", a-t-il ajouté.

Fidèle à son style sobre, le pape François s'était rendu dans ce centre à bord d'une voiture ordinaire, sans autre escorte que le chef de la gendarmerie vaticane.

Une belle initiative du pape François qui demande des actes et pas seulement des paroles. Après tout accueillir et aider ceux qui souffrent n'est-il pas le plus beau geste d'amour envers son prochain.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0

Publié le 10 Septembre 2013

Dans sa dépêche du lundi 09 septembre 2013 Kipa nous montre que le pape François rencontrera cette semaine au Vatican le théologien de la libération Gustavo Gutierrez. En Italie, les médias ont rapporté cette nouvelle lundi, en citant préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Mgr Gerhard Ludwig Müller. Selon ces Rapports, Mgr Müller annonça une réunion du pape avec le dimanche théologien péruvien à Mantoue.

Mgr Müller et Gustavo Gutierrez seront présents à Mantoue pour l'édition italienne de leur livre commun "An der Seite der Armen. Theologie der Befreiung" («Du côté des pauvres. La théologie de la libération») qui fut d'abord publié en 2004.Gustavo Gutierrez est l'un des «Pères de la théologie de la libération». Son livre "Teologia de la Liberación" (1971) donna son nom au mouvement. Contrairement à d'autres théologiens de la libération, Gusatvo Gutierrez n'est jamais entré en conflit avec le Vatican. Ce dernier a une amitié de longue date avec le Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Le pape François lui-même n'est pas un théologien de la libération dans le sens classique du terme. Avec son engagement résolu pour une Église des pauvres, il prend une préoccupation fondamentale de ce courant théologique.

Un retour sur le devant de la scène de la théologie de la libération serait profitable pour l'Église qui besoin d'une théologie plus proche des préoccupations humaines, mais il faut attendre de voir si ce n'est pas une vision édulcorée du mouvement qu'attend le Vatican. Tous les espoirs sont permis, mais attention à ne pas tomber de haut.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0

Publié le 2 Septembre 2013

LEXPRESS.fr dans son article du samedi 31 août nous montre que devenu la cible de critiques récurrentes pour sa gestion de la Curie romaine, le cardinal Bertone a démissionné de son poste de secrétaire d’État. Son successeur, le cardinal Pietro Parolin, devra mener à bien la réforme des institutions.

Le pape François, en pleine réflexion sur la réforme de la Curie, a remplacé samedi le numéro deux Vatican Tarcisio Bertone par un haut diplomate, l'Italien Pietro Parolin, a annoncé le Saint-Siège dans un communiqué. Mgr Parolin, 58 ans, était nonce (ambassadeur du Vatican) au Venezuela.

La gestion de la Curie -le gouvernement du Vatican- par le cardinal Bertone, 78 ans, a été souvent contestée. Il était la cible d'attaques dans les documents révélés dans le scandale Vatileaks, accusé d'erreurs de gestion et de choix malencontreux. "Le Saint Père François a accepté (...) la démission de son Éminence le cardinal Tarcisio Bertone", a annoncé le Saint-Siège, précisant que ce dernier resterait en fonction jusqu'au 15 octobre.

A 58 ans, Mgr Parolin est relativement jeune dans les hautes sphères du Vatican ce qui, selon les observateurs, pourrait contribuer à un renouveau dans le gouvernement de l'Église. Il a travaillé récemment au Mexique, au Nigeria, ainsi que sur des sujets délicats, comme celui des rapports avec la Chine communiste et le Vietnam ainsi qu'Israël.

D'après Vatican Insider des diplomates occidentaux et des responsables du Vatican s'accordent à décrire Mgr Parolin comme un "homme profondément spirituel, professionnellement compétent en tant que diplomate, un homme d'Église fidèle et un homme de dialogue". Ils soulignent que "l'humilité" est l'un de ses signes distinctifs. Beaucoup ont noté qu'il n'est pas un homme ambitieux. D'autres témoignages disent qu'il comprend l'exercice du pouvoir en tant que service et il est très respectueux des Églises locales.

Il est aussi capable d'établir un programme, capable de rechercher des occasions de dialogue, et en même temps il est capable de défendre les positions fondamentales du Saint-Siège, sans pour autant offenser ou s'aliéner les gens. De plus, il a de l'imagination pour faire bouger les choses, selon ce qu'on dit de lui. Il rappelle que "la construction de ponts et le maintien de relations est au cœur de la diplomatie".

Le cardinal Bertone avait été nommé au poste de Secrétaire d'État en 2006 par le pape Benoît XVI, avec lequel il a traversé toutes les tourmentes auxquelles l'Église a été confrontée ces dernières années: scandales de pédophilie, scandale Vatileaks, réforme des finances du Vatican.

Il s'était vu reprocher des erreurs de gestion, des choix malencontreux, sans être accusé lui-même de malhonnêteté. Comme le montre rfi.fr, à l’époque, Benoît XVI avait choisi de nommer à ses côtés un homme avec lequel il avait étroitement collaboré par le passé. Le cardinal Bertone avait alors pris ses fonctions au cœur de la toute première crise du pontificat de Benoît XVI, en lien avec ses propos sur l’islam à Ratisbonne. Le cardinal Bertone, par la suite, avait essuyé de nombreuses critiques sur la mauvaise gestion de la curie romaine.

Une vaste réorganisation de la Curie est en cours. Depuis son élection en mars, le pape François a nommé plusieurs commissions chargées de se pencher sur la réforme de la Curie et de la banque du Vatican. Les grandes lignes de la réforme de la Curie devraient être connues début octobre.

Il est toutefois de tradition que les nouveaux papes remplacent, plus ou moins rapidement, le secrétaire d'État nommé par leur prédécesseur et le cardinal Bertone avait déjà dépassé la limite d'âge, 75 ans, généralement en vigueur pour la mise à la retraite de ces hauts responsables.

Le choix du cardinal Pietro Parolin s'avère judicieux car contrairement au cardinal Bertone, c'est un diplomate qui saura alléger les lignes et on doit attendre de voir quelles seront ses actions dans ce nouveau poste à haut risque surtout dans une curie qui ne lui fera aucun cadeau.

Merci !

Le pape François choisit l'Italien Parolin comme n°2 du Vatican

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0