Articles avec #actualites tag

Publié le 21 Juin 2015

ilpost.it et roma.corriere.it nous montrent qu'Hier à Rome a eu lieu le Family Day sur la Piazza San Giovanni sous la pluie, un événement organisé par de nombreuses associations catholiques conservatrices pour s'opposer à la reconnaissance des unions civiles en Italie. L'un des groupes organisateurs est par exemple le Chemin néocatéchuménal, les "Sentinelle in piedi" et le "Movimento per la vita" : l'événement a été suivi par plusieurs personnalités politiques, en particulier l'Area popolare, le groupe où se trouve MNT et UDC. Parmi les autres personnes présentes se trouvaient Roberto Formigoni, Gaetano Quagliariello et Maurizio Lupi. Les organisateurs prétendaient qu'ils étaient un million, alors qu'ils étaient en réalité 200 000. La même exagération des chiffres ne vous rappelle rien ? La Manif pour tous, bien sûr.

Parmi les participants on trouvait beaucoup d'enfants avec de jeunes mères et pères. Le but est de réaffirmer le droit des parents hétérosexuels d'éduquer leurs enfants et d'arrêter la colonisation de la soit disant théorie du genre qui n'existe pas dans les écoles. Cette manifestation est soit disant pour protéger l'innocence des enfants et leur droit d'avoir un père et une mère, et réitérer l'opposition la plus claire à toute tentative de changer notre la Constitution italienne, en assimilant les unions homosexuelles au mariage. Les organisateurs avaient la volonté de réaffirmer la nature non partisane et apolitique de l'événement. Elle déjà partisane puisque ses organisateurs sont catholiques et de droite, il suffit juste d'attendre pour que ce mouvement devienne un parti politique comme la Manif pour tous.

Durant L'événement, le DDL Cirinnà, un projet de loi qui prévoit la reconnaissance de certains droits pour les couples, y compris même sexe qui vivent ensemble, mais qui ne sont pas mariés, fut très critiqué. Parmi les droits reconnus dans le DDL Cirinnà il y a par exemple les soins de santé pour le compagnon, la perception de la pension de survivant et l'adoption pour les couples de même sexe, lorsque l’enfant est le fils ou la fille biologique d’un seul des deux partenaires. Actuellement l'Italie est le seul pays d'Europe occidentale à ne pas reconnaître une forme de protection juridique pour les couples en dehors du mariage.

Ce Family Day montre une chose, l'obsession du fait que les couples de même sexe n'ait pas les mêmes droits que les autres couples pousse ces organisations à priver les autres couples de droits. En gros ces organisations n'aiment tout simplement les familles puisqu'elles ne tolèrent pas les familles qui existent en dehors du fameux couple hétérosexuel puisqu'elles peuvent être aussi monoparentales, homoparentale, et recomposées.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 20 Juin 2015

ouest-france.fr dans on article du vendredi 19 juin 2015 intitulé «GPA. Les enfants nés à l'étranger bientôt inscrits à l'état civil ?» nous montre que quelques centaines de partisans de la Manif pour tous se sont rassemblés jeudi soir devant le palais de justice de Paris à la veille de l'examen par la justice de l'inscription à l'état civil d'enfants nés à l'étranger de gestation pour autrui (GPA).

Pour la Manif pour tous, qui s'est fait connaître en se mobilisant contre l'ouverture du mariage aux couples homosexuels, la GPA est «une pratique indigne synonyme d'asservissement de la femme et de marchandisation de l'enfant». Selon ces militants, «interdire la GPA en France est insuffisant : il faut interdire la GPA pour les Français qui y ont recours à l'étranger». Pour Ludovine de La Rochère, présidente de La Manif Pour Tous, «retranscrire ces actes à l'état civil, c'est reconnaître la GPA», et «la France, patrie des droits de l'Homme doit agir et être le leader de l'abolition de la GPA».

Les manifestants, parmi lesquels le maire (UDI) de Neuilly Jean-Christophe Fromantin et le député (Les Républicains) Hervé Mariton, tenaient des drapeaux bleus et roses représentant une famille de parents hétérosexuels avec deux enfants, main dans la main. Sur leurs pancartes on pouvait lire «GPA=business des enfants la France peut-elle tolérer ?» et «GPA=trafic humain la France doit la combattre».

Le seul problème est que la Manif pour tous vise à côté car sur Libération.fr, comme l'explique la sociologue Irène Théry, de l’École des hautes études en sciences sociales, la décision de la CEDH ne remet pas en cause le droit d'interdire la GPA en France, mais elle prône aussi une «reconnaissance totale» de la filiation des enfants nés à l’étranger. C'est pour cela que la cour de cassation va se prononcer sur la reconnaissance à l’état civil français de la filiation des enfants nés légalement de GPA à l’étranger le 3 juillet.

Bien sûr les groupes opposés à l'homoparentalité et donc à la GPA, n’ont pas hésité à répandre des énormités juridiques, prétendant par exemple que l’arrêt de la Cour européenne allait nous contraindre à légaliser la GPA, alors que c’est exactement l’inverse. Ils ont proposé que les enfants nés par GPA n’aient plus de «parents», mais seulement des «tuteurs», pour bien les punir, comme s’ils ne savaient pas que la filiation existe déjà. La fraternité et l'égalité semble être le dernier de leur soucis.

Je conclurais avec d'Irène Thierry qui nous montre que pour la Manif pour tous l'intérêt de l'enfant est le moindre de ses soucis : "En refusant que ces enfants puissent être inscrits sur le livret de famille de leurs parents, la France les a constitués en une catégorie à part : ils sont traités comme des étrangers dans leur propre pays. Les anti-GPA, superdéfenseurs autoproclamés des enfants, veulent avant tout qu’ils aient cette tache au front. Cela rappelle la façon dont on a traité autrefois les «bâtards», pour les punir des fautes de leurs parents. Quelles fautes, d’ailleurs ?"

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 18 Juin 2015

Comme le montre RTL.fr, dans une encyclique de 200 pages, le souverain pontife s'est livré à une attaque en règle d'un système économique "soumis au diktat du marché."

À 6 mois de la Conférence de Paris sur les changements climatiques, le pape François a appelé jeudi 18 juin 2015 les puissants de ce monde à agir vite pour sauver la planète dans une encyclique en forme de manifeste contre l'égoïsme des plus riches. Tout au long des quelque 200 pages de cette encyclique sur l'environnement, très attendue avant le sommet mondial de décembre, le pape prend la défense des plus pauvres, grandes victimes du réchauffement climatique, provoquée principalement par l'activité humaine, essentiellement dans les pays riches.

Mais ce texte, le premier entièrement de la main de Jorge Bergoglio, dénonce aussi un système économique soumis au diktat du marché et une "culture du déchet", bien au-delà de ce réchauffement qui menace la planète de destruction. "Aujourd’hui, tout ce qui est fragile, comme l'environnement, reste sans défense par rapport aux intérêts du marché divinisé, transformés en règle absolue", résume ainsi le pape dans cette encyclique, dont le titre "Laudato si" ("Sois-loué"), est inspiré d'un cantique de son modèle, François d'Assise.

Ce sont d'ailleurs les puissances d'argent qui ont jusqu'à présent réussi à faire échouer les tentatives de remèdes au changement climatique, affirme le pape argentin. "La soumission de la politique à la technologie et aux finances se révèle dans l'échec des Sommets mondiaux sur l'environnement", écrit-il. Et pour éviter que la Terre, "notre maison commune" ne se transforme en un "immense dépotoir", le pape argentin préconise rien de moins qu'une révolution sociale, économique et culturelle.

"L'humanité est appelée à prendre conscience de la nécessité de réaliser des changements de style de vie, de production et de consommation, pour combattre le réchauffement", affirme ainsi le pape. A commencer par le recours aux énergies fossiles, à bannir au plus vite, juge le souverain pontife, pour qui le charbon et le pétrole doivent "progressivement" mais "sans retard" être remplacées par des énergies renouvelables.

Cette transition énergétique majeure, qu'il appelle de ses vœux, ne se fera toutefois que si les pays riches, et pollueurs, acceptent d'aider les plus pauvres, principales victimes du mode de vie des plus riches à travers le réchauffement climatique qu'il génère. Et les pays riches devront même aller plus loin encore en acceptant si nécessaire la décroissance. "L'heure est venue d'accepter une certaine décroissance dans quelques parties du monde, mettant à disposition des ressources pour une saine croissance en d'autres parties", écrit ainsi le pape.

Le pape François nous appelle à une "révolution culturelle audacieuse" pour enrayer la spirale de l'humanité dans l'autodestruction tout en critiquant le culte aveugle de la technologie et la dépendance aux combustibles fossiles. Mais il ne faut pas s'inquiéter, il ne suggère un retour à l'âge de pierre, car pour lui nous devons ralentir et regarder la réalité d'une manière différente. Selon lui les êtres humains qui sont capables du pire, sont également capables de se dépasser eux-mêmes, en choisissant à nouveau ce qui est bon.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 17 Juin 2015

Reuters.com ce mercredi 17 juin 2015 montre que Le pape François devrait mettre l'accent sur le risque de destruction d'écosystèmes entiers en l'absence d'une action urgente sur le climat lors de la publication jeudi de son encyclique sur l'environnement.

Selon la version en italien de ce document de 192 pages, révélée lundi par l'hebdomadaire l'Espresso, le chef des catholiques apporte une nouvelle fois son soutien aux scientifiques qui affirment que le réchauffement de la planète est principalement dû aux activités humaines et que les pays développés ont une responsabilité particulière pour mettre fin à cette tendance qui affectera surtout les pauvres.

Le Vatican a condamné la diffusion à l'avance de cette lettre liée à la mission d'enseignement du pape, mais n'en a pas contesté l'authenticité. Il a suspendu mardi l'accréditation du journaliste italien à l'origine de la fuite, Sandro Magister, éminent spécialiste de l'Église. La version définitive de l'encyclique, intitulée "Laudato si" (Loué sois-tu), restera sous embargo jusqu'à sa publication prévue jeudi. Le titre de "Laudato si" est une référence à une prière de François d'Assise consacrée à la nature. Le pape a choisi le nom de François en souvenir de ce religieux italien, qui prônait le respect de la Création divine et devenu à ce titre le patron des écologistes.

"Si la tendance actuelle se poursuit, ce siècle pourrait connaître des changements climatiques et des destructions d'écosystèmes sans précédent qui auront de graves conséquences pour nous tous", écrit le pape dans l'encyclique, selon la version diffusée par L'Espresso. En faisant de la protection de l'environnement un impératif moral, l'intervention du pape François pourrait inciter les 1,2 milliard de catholiques dans le monde à faire pression sur leurs gouvernements sur les questions écologiques.

Le souverain pontife a souhaité que ce texte de six chapitres, conçu pour être un document emblématique de son pontificat, alimente les débats lors de la grande conférence sur le climat qui doit se tenir à Paris au mois de décembre sous l'égide des Nations unies (COP21). Cette première encyclique du pape consacrée à l'environnement devrait avoir une influence particulière dans les pays d'Amérique latine - le pape est argentin - dont les voix pourraient être déterminantes à la COP21.

Jorge Mario Bergoglio a déclaré dimanche dernier que sa lettre s'adresserait à tous, catholiques et non catholiques. Parallèlement, l'archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, chef spirituel de l'Eglise anglicane, a publié une déclaration mardi aux côtés de représentants des communautés catholique, musulmane, sikhe et juive britanniques appelant à agir pour lutter contre le changement climatique. "Nous sommes confrontés à un défi immense. Mais nous avons l'espoir que les changements nécessaires puissent être faits, pour le bien de tous ceux qui ont ce monde en partage aujourd'hui et pour tous ceux qui le partageront demain", lit-on dans cette déclaration.

Après la publication de l'encyclique, jeudi en fin de matinée, le Vatican a prévu de faire un point pour les ambassadeurs des 170 pays accrédités au Saint-Siège. Répondant à ceux qui nient le changement climatique, notamment les conservateurs aux États-Unis, le pape écrit qu'il y a "un consensus scientifique très cohérent selon lequel nous assistons à un réchauffement inquiétant du système climatique". Tout en reconnaissant qu'il y a également d'autres facteurs, il affirme que de nombreuses études ont montré que le réchauffement climatique est causé par les gaz à effet de serre dont l'émission est principalement due aux activité humaines.

L'encyclique appelle les pays riches à revoir leur mode de vie qui conduit au gaspillage, appel souvent lancé par le pape François depuis son élection en 2013. "La consommation énorme dans certains pays riches a des répercussions dans certains des endroits les plus pauvres de la Terre", écrit le pape, selon la version diffusée par la presse. "La Terre, notre maison, semble de plus en plus se transformer en une immense décharge publique", écrit-il aussi.

Il appelle à une réduction des émissions de dioxyde de carbone, à un développement des énergies renouvelables et met en garde sur les effets à long terme de l'utilisation des énergies fossiles comme source principale d'énergie. Il rejette aussi l'idée qu'un contrôle de la croissance de la population mondiale comme solution à la crise écologique.

L'encyclique "Laudato Si" est attendu, et le pape François y lance un appel à "tous" afin de lutter contre le réchauffement climatique dont l'homme est désigné comme le principal responsable, ce qui ne sera possible qu'avec de nouveaux modes de production, de distribution et de consommation.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 15 Juin 2015

lci.tf1.fr dans son article nous montre que le Saint-Siège a annoncé ce lundi l'ouverture en juillet d'un premier procès au Vatican pour pédophilie. Le pape a par ailleurs accepté ce lundi 15 juin 2015 la démission de deux évêques américains.

C'est une première. Le Saint-Siège va annoncé ce lundi l'ouverture d'un premier procès au Vatican pour pédophilie : celui de Józef Wesolowski, un ancien nonce apostolique de République dominicaine. La première audience est fixée au 11 juillet.

Les délits qui sont contestés à l'ancien ambassadeur ont été commis durant son séjour romain, d'août 2013 à son arrestation le 22 septembre 2014, ainsi que durant ses fonctions de nonce (ambassadeur) en République Dominicaine du 24 janvier 2008 au 21 août 2013. "Dans le premier cas il s'agit de la détention de matériel pédopornographique, délit introduit dans la législation vaticane par le pape François en 2013. Dans le second cas, il s'agit d'abus sexuels sur mineurs contestés sur la base du réquisitoire provenant des Autorités judiciaires de Saint-Domingue", a précisé le Vatican. Le nonce est accusé d'avoir eu des relations avec des mineurs dans un quartier chaud de Saint-Domingue.

"Le Tribunal pourra s'appuyer sur des expertises sur les ordinateurs du prévenu, mais aussi sur d'éventuelles formes de coopération judiciaire internationale, destinées à évaluer les témoignages probatoires fournis par la Justice dominicaine", a précisé le Vatican.

Le pape a par ailleurs accepté lundi la démission de deux évêques américains. Ces démissions de l'archevêque de Saint Paul et Minneapolis, Mgr John Clayton Nienstedt, et celle de son adjoint, Mgr Lee Anthony Piché, ont été acceptées par le pape, conformément à une disposition du code de droit canon, qui prévoit une sanction en cas de faute grave. Le Vatican ne donne pas d'explication mais cette sanction était réclamée par des associations de victimes aux États-Unis.

Le Vatican a annoncé la semaine dernière la création d'une nouvelle instance de droit canonique pour juger les évêques coupables de négligence ou de complicité avec des prêtres sous leur autorité coupables d'abus sexuels. Cette nouvelle instance ne jugera pas ces prélats au pénal, contrairement à ce qui se produira pour ce nonce, directement accusé de délits pédophiles.

Ce sera une première pour le petit tribunal, qui avait déjà connu un procès célèbre en 2012, quand il avait jugé l'ancien majordome du pape Benoît XVI, Paolo Gabriele, condamné pour avoir transmis secrètement à la presse italienne des documents confidentiels. Il avait ensuite été gracié.

Ces mesures anti-pédophilie illustrent la ligne plus sévère du Vatican pour faire face à ce fléau qui a discrédité l'Église, même si les associations d'anciennes victimes reprochent au Vatican de ne pas aller assez loin.

Le pape François prend les mesures punitives nécessaires pour chasser les brebis galeuses dans un grand souci de transparence qui doit continuer et durer.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 12 Juin 2015

LePoint.fr nous fait part dans son article que la France "est une fille aînée de l'Église bien infidèle", selon ce qu'a confié le pape François dans une boutade à de jeunes Français qu'il recevait et qui ont rapporté ses propos vendredi 12 mars 2015 à l'agence spécialisée sur le Vatican I.Media. Jeudi soir, dans la maison Sainte-Marthe au Vatican où il réside, Jorge Bergoglio a reçu deux lycéens français et deux groupes de rock catholiques de Lyon : Glorious et Hopen. Le terme "fille aînée de l'Église" a été longtemps le terme consacré dans le monde catholique pour parler de la France.

Lors de cette rencontre loin de tout protocole qui a duré quarante-cinq minutes, le pape a encouragé les musiciens : "Il y a des gens en vie mais qui sont morts, il faut aller les réveiller." Il a ensuite confié : "On dit que la France est la fille aînée de l'Église, mais c'est une fille bien infidèle." Il parlait visiblement avec une certaine "tristesse", a raconté à I.Media un des jeunes lycéens, Édouard. Il les a encouragés à transmettre autour d'eux "la joie de l'Évangile". Le pape avait déjà fait cette boutade en privé dans le passé à des évêques français.

Édouard et Baptiste, lycéens de la Drôme, avaient obtenu cette audience exceptionnelle dans le cadre d'un projet scolaire sur l'influence de l'Église catholique en France. Thomas Pouzin, chanteur et guitariste du groupe Glorious, a raconté avoir "présenté le travail" du groupe et la "réalité paroissiale" en France. Le pape avait souhaité qu'il n'y ait pas de protocole et ses visiteurs ont délaissé les chaises prévues pour s'asseoir par terre.

La France et le Vatican sont engagés dans un bras de fer feutré sur le choix du nouvel ambassadeur de France auprès du Saint-Siège. Nommé début janvier par le président François Hollande, le diplomate français Laurent Stefanini, catholique pratiquant et homosexuel assumé, attend depuis son accréditation par le Saint-Siège.

Le pape François a confirmé samedi à bord de l'avion qui le ramenait de Sarajevo à Rome son intention de se rendre en France. La visite pastorale en France avait été annoncée d'abord pour 2015, après l'aller-retour du pape devant les institutions européennes en novembre 2014 à Strasbourg. Puis le projet avait glissé au début 2016 en raison de l'emploi du temps très chargé de fin 2015. Aucune date n'est programmée et il pourrait se concrétiser dans le cours de l'année.

Du mariage gay aux projets de loi délicats sur la fin de vie, plusieurs sujets ont tendu les relations entre Paris et le Vatican, même s'il existe des synergies comme sur la défense de l'environnement.

Le pape François devrait le savoir, les enfants une fois devenus adultes vivent leur propre vie et la France la vit depuis la séparation de l'Église et de l'État en 1905. Qu'il ne s'inquiète pas, comme toutes les filles elle accueillera bien son père et lui fera passer un bon séjour. La France n'est pas infidèle, elle choisit de vivre une vie différente comme tous les enfants.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 12 Juin 2015

Vatican Insider nous montre dans son article du jeudi 11 juin 2015 que pour le pape François les engagements ne doivent pas rester "sur le papier", et il ne faut pas considérer la faim comme un "problème insoluble". "Changer les modes de vie, la sobriété est devenue une condition pour le développement" C'est ainsi que le pape François s'est adressé aux participants de la 39e session de la Conférence de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture), qui se tient à Rome du 6 au 13 juin.

Nous avons besoin de "répondre à l'impératif que l'accès nécessaire à la nourriture est un droit pour tous." Quelques jours avant la publication de son encyclique Laudato Sii (Loué sois-tu !), le18 Juin, Jorge Mario Bergoglio a encouragé "les efforts pour changer les modes de vie", car "il est maintenant clair que la 'sobriété' est devenu une 'condition' du développement", a-t-il indiqué parmi les problèmes à aborder en amont comme le "changement climatique" et la "spéculation financière" et a exhorté les pays, les gouvernements et les organisations internationales à ne pas "déserter" et "déléguer" leur responsabilité.

Le pape François conclue de la plus belle manière : "Nous devons commencer à partir de nos vies quotidiennes, si nous voulons changer les modes de vie, conscients que nos petits gestes peuvent garantir la viabilité et l'avenir de la famille humaine. Et puis nous pourrons continuer la lutte contre la faim sans arrière-pensées". Espérons qu'on l'entende.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 11 Juin 2015

Au Vatican, le pape François a exhorté le président russe à "faire un effort sincère" pour la paix en Ukraine.

LePoint.fr montre que le pape François a exhorté mercredi 10 juin 2015 le président russe Vladimir Poutine à «faire un effort sincère» pour la paix en Ukraine, quelques heures après que le maître du Kremlin a fustigé les sanctions contre son pays en Italie, face à Matteo Renzi. Le président russe se trouvait en effet à Milan à l'occasion de la journée de la Russie à l'Exposition universelle, où il a été accueilli par M. Renzi et par une petite foule de fans brandissant des drapeaux aux couleurs de son pays et criant son nom.

Le souverain pontife Jorge Bergoglio a quant à lui appelé «toutes les parties» à respecter les accords de Minsk entre rebelles séparatistes pro-russes et gouvernement de Kiev. Lors de cette rencontre au Vatican ce mercredi, le pape est apparu sérieux et peu souriant, même si l'atmosphère semblait s'être un peu réchauffée à l'issue de l'entretien.

À la veille de cette rencontre, le primat de l'Église gréco-catholique d'Ukraine, Mgr Sviatoslav Chevtchuk, a déclaré mardi espérer que le pape François «serait la voix des gens opprimés». En Ukraine, les rebelles sont en majorité des orthodoxes rattachés au patriarcat de Moscou et se battent contre d'autres orthodoxes et contre les Grecs catholiques (uniates) rattachés à Rome, mais le Vatican est resté très prudent dans cette crise, au grand dam des catholiques uniates qui souhaiteraient une condamnation directe de la politique russe en Ukraine.

Ces deux entretiens ont représenté pour le chef de l'État russe une bonne occasion de rompre son isolement diplomatique, qui s'est encore accru depuis son exclusion du G7-G8. Pari presque gagné à Milan, où son hôte italien a salué le rôle important de la Russie, «grande puissance qui l'a été, l'est et le sera», dans le monde. Ce qui ne m'a pas empêché, M. Renzi, de rappeler combien était indispensable l'application des accords de Minsk. L'Italie, l'un des pays européens les mieux disposés à l'égard de la Russie, a été cette semaine l'un des pays signataires du sévère communiqué publié lundi à l'issue d'une réunion des dirigeants du G7 en Bavière.

Les sept chefs d'État ou de gouvernement y ont unanimement lié la durée des sanctions contre la Russie à «la mise en œuvre intégrale des accords de Minsk» de février sur un cessez-le-feu en Ukraine et au «respect de la souveraineté» de Kiev, menaçant même de les durcir faute de résultats. Le respect de ces accords, censés dénouer la crise ukrainienne, est «l'étoile polaire, la boussole, le point de référence», a dit M. Renzi. Son règlement permettrait «d'évacuer de la table ce qui est aujourd'hui le seul élément de divergence. Si on se réfère à tous les autres dossiers, il peut bien sûr y avoir des évaluations, des sensibilités différentes, des intérêts nationaux différents, mais il y a une profonde convergence», a-t-il dit. M. Poutine a convenu de l'importance de parvenir à un règlement «pacifique» de la crise ukrainienne, mais a touché une corde sensible en Italie en faisant remarquer, devant une salle où siégeaient plusieurs grands patrons italiens, que les sanctions nuisent aussi aux pays qui les énoncent.

C'est particulièrement vrai pour l'Italie, pays avec lequel la Russie entretenait jusqu'ici d'étroites relations économiques, a-t-il souligné. «L'annulation de plusieurs projets militaires conjoints veut dire que les entreprises italiennes ont perdu un milliard d'euros. Elles auraient pu créer de l'activité, des emplois. Cela ne s'est pas produit à cause des sanctions», a-t-il souligné.

La récente intensification des combats dans l'est de l'Ukraine n'arrange en rien les choses, et pour que la paix existe réellement il faut que la Russie respecte la souveraineté de l'Ukraine, c'est pour cela que le pape François souhaite que Vladimir Poutine soit sincère dans son souhait de paix, car les livraisons d’armes de la Russie vers les milices de l’est de l’Ukraine se sont intensifiées. Le pape aurait du avoir une condamnation claire de la politique russe.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 10 Juin 2015

Libération.fr nous montre dans son article du mercredi 10 juin 2015 qu'après la validation par la CEDH de l’arrêt des soins pour Vincent Lambert, des proches décidés à se battre jusqu’au bout pour son maintien en vie ont diffusé mercredi une vidéo censée démolir le diagnostic médical d’état végétatif du patient depuis 2008.

Dans ce court film empreint d’émotion, Vincent Lambert, tétraplégique, apparaît les yeux mi-clos quand une main plaque à son oreille un téléphone portable qui diffuse la voix de sa mère, Viviane Lambert. «Nous sommes toujours là à côté de toi, (...) on va te faire sortir de là», dit-elle à son fils de 38 ans légèrement barbu et vêtu d’un tee-shirt noir, et dont le visage pâle semble alors peu expressif. Un autre plan serré montre son demi-frère David en train de lui parler, penché à quelques centimètres de son visage alors que Vincent cligne des yeux et le suit du regard.

Les images du patient dans son lit d’hôpital du CHU de Reims mises en ligne mercredi, auraient été tournées vendredi dernier par Emmanuel Guépin, qui se présente comme un ancien camarade de classe de Vincent et membre d’un comité de soutien militant pour le maintien en vie du tétraplégique. Le jour du tournage, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) validait la décision du Conseil d’État qui autorisait l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation artificielles de Vincent Lambert décidé par les médecins, estimant que sa mise en œuvre ne violerait pas le droit à la vie du tétraplégique.

La décision d’arrêt des soins, prise dans le cadre de la loi Leonetti de 2005, correspond au souhait de Rachel Lambert, l’épouse de Vincent, soutenue par six frères et sœurs de son époux, tous convaincus qu’il n’aurait pas souhaité vivre dans cet état. Mais les parents de Vincent, catholiques traditionalistes, une de ses sœurs et un demi-frère s’opposent à la décision de la CEDH, en affirmant que le patient n’est «pas en fin de vie» mais lourdement handicapé. Vendredi, sur les marches de la Cour, sa mère Viviane Lambert s’était dite «scandalisée» et prête à lutter «encore nuit et jour» pour le maintien en vie de son fils.

Le tournage fait visiblement partie de ce combat. «Il s’agit d’un film lors d’une réunion familiale autour de Vincent, pendant ce moment si grave. La famille a souhaité immortaliser le moment, (...) afin de montrer qui est réellement Vincent, et ce qu’est une personne dont on prétend qu’elle est en état végétatif et qu’elle n’aurait plus de lien relationnel avec qui que ce soit», a expliqué Jean Paillot, l’avocat des parents, dans un courriel à l’AFP.

Selon ce dernier, les parents qui exigent le transfert de leur fils vers un service spécialisé de Strasbourg, comptent s’appuyer sur «des éléments nouveaux», notamment le fait que «Vincent a recommencé à déglutir» comme le montre dans un plan la vidéo diffusée mercredi, notamment sur le site de l’hebdomadaire «Famille chrétienne».

Argument de nouveau réfuté par le docteur Éric Kariger, l’ancien médecin de Vincent Lambert, qui a réaffirmé que le patient n’avait jamais perdu «son réflexe de déglutition, sinon il serait déjà mort». «On fait croire ce qui n’existe pas. Ces patients en états végétatifs réagissent à leur environnement mais c’est une réponse végétative», a insisté le médecin. Selon lui, «Vincent reçoit des informations afférentielles qui arrivent au cerveau mais il n’en a aucune conscience et ne peut en faire aucun usage». «Cette vidéo piétine sa dignité et son droit à l’image, c’est de la manipulation intellectuelle en jouant sur l’émotion», a-t-il estimé.

En 2014, trois experts en neuroscience mandatés par le Conseil d’État avaient pointé la dégradation de la santé du patient en diagnostiquant des lésions au cerveau irréversibles entraînant un état végétatif chronique. «Cette vidéo n’apporte aucun élément nouveau, l’état de santé de Vincent n’a pas évolué depuis des années», a déclaré à l’AFP Rachel Lambert, l’épouse de Vincent. «Ce n’est pas en deux minutes qu’on peut comprendre l’état de mon mari», a réagi la jeune femme «consternée par la diffusion de la vidéo et certaines réactions sur les réseaux sociaux».

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a annoncé avoir été saisi après la diffusion de cette vidéo, promettant de «regarder ce sujet délicat avec la plus grande attention et dans des délais rapides».

Les parents de Vincent Lambert devraient arrêter un combat qui n'avait pas lieu d'être, ils auraient pu laisser partir leur fils, au lieu de cela ils perdent toute dignité en diffusant une vidéo qui ne prouve rien, puisque les meilleurs experts ont donné un regard sur cette situation. Et malheureusement, le diagnostic et le pronostic qui ont été confirmés c'est l'état végétatif grave et irréversible.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0

Publié le 10 Juin 2015

Comme le montre RTL.fr, c'est une nouvelle réforme à mettre au crédit du pape François. Celui-ci a donné son feu vert, ce mercredi 10 juin 2015, à la création au Vatican d'une instance judiciaire chargée de juger les évêques dans le cas où ils auraient couvert des abus sexuels commis par des prêtres dans leur diocèse.

Les évêques pourront être jugés pour "manquement à leur devoir professionnel", en vertu du droit canon (les lois de l'Église), par cette "nouvelle instance judiciaire à l'intérieur de la Congrégation pour la doctrine de la foi". Le pape a ordonné la nomination de personnel pour remplir ces nouvelles fonctions dans cette instance.

Les associations d'anciennes victimes de prêtres pédophiles réclamaient depuis longtemps que le fait, pour un évêque, d'avoir couvert les abus sur mineurs par des prêtres de son diocèse soit un délit reconnu et puni par le Vatican.

La Commission pontificale de protection des mineurs et le "C9", le groupe de cardinaux conseillers du pape, avaient recommandé cette mesure. Les plaintes seront reçues et transmises par les trois "ministères" du Vatican compétents pour les évêques à travers le monde : les congrégations pour les évêques, pour l'évangélisation des peuples et pour les Églises orientales.

Un secrétaire, spécialement nommé par le pape, aura la responsabilité de cette nouvelle section judiciaire. Son personnel "pourra aussi être employé pour les procès pénaux dans des cas d'abus de mineurs et d'adultes vulnérables (handicapés) de la part du clergé", précise le Vatican.

Le pape François fidèle à son souci de transparence a répondu à une attente des associations de victimes de prêtres pédophiles, celle juger les évêques qui auraient couvert des actes pédophiles et méritent d'être punis pour non assistance à personne en danger.

Merci !

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0