Un nouveau Missel en langue anglaise qui pose problème

Publié le 24 Octobre 2011

L’usage du nouveau Missel en langue anglaise qui sera obligatoire dans toutes les paroisses de rite romain des États-Unis et dans d’autres régions du monde anglophone dès le 27 novembre prochain, ne fait pas l'unanimité. C’est ce qu’annonça, le 17 juin 2011, le cardinal par Gregory Aymond, archevêque de La Nouvelle-Orléans. Les nouvelles traductions du Missel en anglais ont été approuvées par la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements en juin dernier. Ce travail devait rendre le Missel en langue anglaise plus proche de la troisième édition Missel Romain de 2007 promulgué par Rome.

 

Cette traduction officielle, élaborée depuis de nombreuses années par la Commission internationale pour l’anglais dans la liturgie (ICEL) est une nouvelle traduction du missel de Paul VI, dit de la forme ordinaire. Elle a mis plusieurs années avant de voir le jour, à cause des méthodes de travail utilisées et du consensus recherché. Ce document romain établit un certain nombre de normes pour les traductions avec lesquelles les experts en traduction étaient en désaccord. L’instruction romaine souligne que le travail de traduction n’est pas tellement un acte de créativité ou de reformulation, mais bien la restitution exacte et fidèle des "editiones typicae", les éditions normatives (ou "typiques") en langue latine des textes liturgiques. C’est sans doute là le problème.

 

C’est une mise en cause de la traduction anglaise faite dans l’enthousiasme en 1970 juste après le Concile Vatican II et qui fut approuvée par les conférences épiscopales américaines, cette dernière est connue pour ses formules éloignées de celles qu’on récitait auparavant en latin. Cette traduction était également soit disant controversée sur la question des genres et sur l’utilisation du langage "inclusif" visant à ne pas discriminer les femmes. Ce qui était une bonne chose.

 

La traduction nouvelle a été fortement critiquée par des évêques américains. Pour le P. Thomas Reese, l’ancien patron de l’hebdomadaire des jésuites, America, «c’est un retour en arrière qui va embrouiller les fidèles». Les expressions comme «consubstantiel» ou «oblation» sont pour le Père Reese ou pour l’ancien évêque d’Erie (Pennsylvanie) et DonaldTrautman, totalement incompréhensibles pour les fidèles. Il faut dire que l’opposition la plus farouche a été menée par des collaborateurs du magazine jésuite America. Des théologiens ont mis en avant avec beaucoup de subtilité qu’il est normal que le missel prenne des libertés avec le texte original latin. Il faut dire que l’esprit vivifie et la lettre tue.

 

L’ACPassociation of catholic priests –, une association irlandaise, vient d’émettre plusieurs critiques contre la nouvelle traduction et demande officiellement aux évêques du pays de ne pas la mettre en application pendant une durée de cinq ans, le temps de la revoir. Le principal reproche qui lui est faite est que cette nouvelle traduction serre de trop près l’original latin, débouchant sur un anglais trop éloigné de l’anglais quotidien et rendant donc, selon les responsables de l’association, la compréhension par les fidèles trop difficile. Précisons que la nouvelle traduction a été approuvée par Rome. Dans le détail des revendications de cette association, on note qu’elle demande que l’on s’inspire de l’attitude des évêques allemands qui avaient décidé de refuser la bonne traduction imposée par Rome. Les évêques allemands ont au moins pour eux d’avoir du courage.

 

Le célèbre liturgiste américain Anthony Ruff, qui a longtemps travaillé au sein de cette Commission internationale ICEL se refuse à faire la promotion de la nouvelle version en langue anglaise du nouveau Missel. Il estime que cette version officielle du Missel, est le fait d'un petit groupe sans beaucoup de consultation de prêtres ou de laïcs et que ce texte "insatisfaisant" est imposé par Rome aux Conférences nationales des évêques "en violation de leur autorité épiscopale légitime". Ce qui est tout à fait vrai, car depuis 1990, les conférences épiscopales sont réduites à diffuser l’enseignement du Saint-Siège sans pouvoir donner leur avis devant l’opinion publique.

 

Le moine bénédictin, qui est professeur de liturgie et de chant grégorien à la Saint John’s University de Collegeville, dans l’État américain du Minnesota, a publié une lettre ouverte aux évêques américains. Il y annonce qu’il se retire désormais de toutes les conférences qu’il devait faire dans les diocèses américains pour présenter la nouvelle traduction du Missel. C’est normal de ne pas soutenir un texte qui trahit ses idées.

 

D’ailleurs, un prêtre éminent de Seattle le Père Michael G. Ryan a lancé une campagne visant à retarder l'utilisation de la nouvelle traduction du nouveau Missel en langue anglaise sans que sa congrégation ne le soutienne. Ryan a placé la traduction dans un contexte plus large, soutenant qu'elles étaient utilisées comme un outil – dont certains diront même une arme - pour faire avancer un ordre du jour précis, y compris le systématique démontage de la grande vision «du deuxième Concile du Vatican.» "Une vague de soutien qui est pour le retrait de la traduction, écrit-il, pourrait convaincre ceux qui «ont décidé que la latinité est plus importante que la lucidité» à écouter les gens qui se trouvent dans les bancs de l’Église et réévaluer leur position dans celle-ci". À ce jour, presque 22 500 personnes ont signées une pétition sur le site Web, whatifwejustsaidwait.org qui soutien le retrait de la nouvelle traduction.

 

Pour les évêques américains, cette mise en cause est très excessive. Non, car les fidèles n’ont pas été invité à donner leur avis sur ce nouveau missel alors qu’il est fait pour eux. L’Église devrait savoir que le fameux acceptez et obéissez n’est pas une façon de guider le peuple de Dieu, mais plutôt qu’elle devrait faire participer les fidèles à ses décisions.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Commenter cet article

Fred 25/10/2011



Voici un article plus objective plus nuancé non manichéen comme le votre :


http://www.temoignagechretien.fr/ARTICLES/Religion/Touche-pas-a-mon-missel-!/Default-4-3172.xhtml


Certes votre blog est partisane ce dont je respecte (même si je me demande  si avant de prendre parti sur cette question vous avez lu ce missel ou si comme d'habitude vous avez pris par
défaut position contre Rome) mais c'est malhonnête de presenter une situation sans la nuance ,sans donner la parole aux pour .