Le pape appelle à prier pour la conversion du cœur des «personnes aveuglées par le fondamentalisme»

Publié le 23 Mars 2016

Radio Vatican nous montre qu’au lendemain des attentats qui ont fait une trentaine de morts et plus de 200 blessés ce mardi 22 mars 2016 à Bruxelles, le pape François a exprimé sa compassion ce mercredi matin au terme de l'audience générale, devant la foule rassemblée Place Saint-Pierre.

«Avec un cœur douloureux, j’ai suivi les tristes nouvelles des attentats terroristes qui sont survenus hier à Bruxelles, qui ont provoqué de nombreuses victimes et blessés, a affirmé le Saint-Père, dans une prise de parole spontanée. J’assure de ma prière et de ma proximité la chère population belge, à tous les proches des victimes et à tous les blessés. Je renouvelle un appel à toutes les personnes de bonne volonté pour s’unir dans la condamnation unanime de ces abominations cruelles, qui sont en train de causer seulement la mort, la terreur et l’horreur. À tous, je demande de persévérer dans la prière et dans la demande au Seigneur, dans cette Semaine Sainte, de réconforter les cœurs affligés et de convertir les cœurs de ces personnes aveuglées par le fondamentalisme cruel.» Le pape a ensuite demandé à la foule de réciter un Ave Maria, puis de prier en silence, «pour les morts, les blessés, leurs proches, et pour tout le peuple belge».

«Je confie à la miséricorde de Dieu les personnes qui ont perdu la vie #Bruxelles», avait-il lancé mardi soir dans un tweet, diffusé à 21h dans les différences langues de son compte Twitter, Pontifex. Dès la fin de matinée de mardi, il avait envoyé un message de condoléances à l'archevêque de Malines-Bruxelles, Mgr Jozef de Kesel.

Ce n’est pas la prière qui va changer les terroristes, ni les états d’urgence, ni une intervention militaire, ce qui changera la donne c’est quand le monde proposera autre chose aux jeunes qu’une voie de garage que représentent le chômage et l’emploi précaire dans un monde où l’économie broie tout même la solidarité en nous noyant dans la peur de l’étranger alors que c’est lui qui a créé ses propres ennemis. La solution sera que la liberté, l’égalité, et la fraternité soient véritablement appliqué en politique, dans la justice et le travail.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

Un carho comme ça 25/03/2016 09:13

se prétendre catholique et dire que la prière est inutile...
On se demande bien pourquoi le Christ a demandé à ses disciples de prier lorsqu'il alla au jardin des oliviers si c'est inutile.
On se demande bien pourquoi le Christ a apprit à Ses disciples comment prier

Allez, soyons hardi, arrêtons de répétons de jolis slogans et prions. Un chrétien combat à genoux. Se souvenir que le rosaire fut prié dans toute la chrétienté pendant la bataille de Lépante et des paroles du Christ "Sans moi, vous ne pouvez rien faire".

paroissiens-progressistes 25/03/2016 11:35

Un catho comme ça,

Tout à fait, l'un ne va pas sans l'autre.

Merci !

Un catho comme ça 25/03/2016 11:14

disons que la prière et l'action peuvent s'accompagner

paroissiens-progressistes 25/03/2016 11:10

Un catho comme ça

Je n'ai rien contre la prière et je la pratique beaucoup aussi, mais pour moi elle doit être le vecteur d'actions et pas seulement un alibi pour ne rien faire.

Merci !

Un catho comme ça 25/03/2016 10:53

J'avais voulu signé "un catho comme ça" mais je viens de me rendre compte que j'avais mal écris mais peu importe de toute manière, vous avez lu le bon pseudo.
Je n'ai pas dis qu'il ne fallait pas agir mais la prière est la base et le sommet de l'action chrétienne.
Et, si, la prière change le monde. c'est par la prière qu'on peut obtenir la conversion des pécheurs et de nombreuses grâces

paroissiens-progressistes 25/03/2016 09:23

Un catho comme ça,

La prière ne va pas changer le monde, les actes parlent plus. La prière n'est pas un alibi pour ne rien faire, elle doit amener des actes et pas seulement des mots.

Merci !

Françoise 24/03/2016 23:21

Une petite vidéo sur le sujet F1, fondamentalisme, pédophilie. Interview de Paul Ariès (Les Zindignés) par un journaliste lyonnais:

https://www.youtube.com/watch?v=IJcq4P_plHM

M.W 26/03/2016 21:06

A tous et à toutes

Je n'ai pas vu la vidéo mais je pense qu'il faut prendre Paul Ariès avec pincette : un journaliste est censé être neutre dans ses interventions et dans ses enquêtes or il a l'air de confondre ces idées avec ces enquêtes et donc il risque de donner une vision subjective des choses.

Cordialement

paroissiens-progressistes 25/03/2016 11:40

Muse,

Je ne suis pas étonné de ses prises de position sur l'avortement, je savais depuis longtemps qu'il était contre. Pour le choix du pape François, ce n'est pas ça qui a joué, il était considéré comme un conservateur modéré et a souvent tendance a vouloir un juste milieu, alors que les oppositions sont trop fortes entre progressistes et conservateurs, ce qui donne un coup à gauche un coup à droite. Une vision qui ne peut qu'échouer et qui donne un mode de gouvernance très bancal.

Merci !

Muse 25/03/2016 09:55

Oui il y va fort, mais je suis personnellement assez d'accord avec lui. Je pense que F1 joue le même jeu de dupes que JP2 au niveau communication tout en continuant l'oeuvre de ce dernier au plan restauration fondamentaliste. Ses réflexions sur le virus Zika, sur l'avortement, la contraception, m'apparaissent dans la même ligne obscurantiste que ses prédécesseurs. Je suis d'accord avec Paul Ariès sur la doctrine sociale de l'Eglise, fondée par des contre-révolutionnaires réacs plutôt que des progressistes. On en voit la résurgence aujourd'hui. Et je suis d'accord avec lui sur le fait que F1 a combattu comme JP2 la théologie de la libération et tous les mouvements cathos qui souhaitaient l'émancipation des pauvres. Et je pense effectivement qu'il a été élu pour cette raison. Un pape réellement progressiste n'aurait jamais eu sa chance au Vatican.

paroissiens-progressistes 25/03/2016 09:46

Françoise,

Il y va un peu fort, moi je préfère Marco Politi qui voit le pape comme un homme «parmi les loups», normal car les prêtres, évêques, archevêques et cardinaux ont été nommés sous Benoît XVI, donc ses idées sont minoritaires et la curie bloquera tout changement.

Merci !