COP21 : pour le pape, un échec aurait des "conséquences catastrophiques"

Publié le 26 Novembre 2015

Comme le montre Europe1.fr, Le Point.fr, Radio Vatican et Vatican Insider dans son article le jeudi 26 novembre 2015 le pape François a averti de conséquences "catastrophiques" si la conférence internationale sur le réchauffement climatique échouait.

Devant l’ONU à Nairobi, au Kenya, le pape François a averti des conséquences catastrophiques d’un échec de la COP 21 : "Ce serait, j'ose le dire, catastrophique, que les intérêts particuliers l'emportent sur le bien commun" a-t-il mis en garde. La Conférence sur le climat débute dimanche à Paris. Près de 147 chefs d'État se réuniront pour tenter de trouver un accord contraignant sur les réductions de gaz à effet de serre. Il a exprimé son espoir sincère que la conférence sur le changement climatique à Paris "permettra d'atteindre un accord mondial", un "accord" qui pousserait à "réduire l'impact du changement climatique, la lutte contre la pauvreté et le respect de la dignité des droits". Il a parlé également contre le trafic illégal en Afrique qui augmente la pauvreté, l'exclusion et le terrorisme. Puis, il a exprimé sa préoccupation à l'égard des accords commerciaux sur l'accès aux médicaments.

Avant cela, arrivé dans sa papamobile découverte et accueilli par des chants et hululements, le souverain pontife a dans son homélie mis en avant la défense de la famille devant environ 200 000 personnes, selon les médias kényans, qui ont garni les jardins de l'université de Nairobi pour assister à la messe. La cellule familiale "est particulièrement importante aujourd’hui que nous assistons à l’avancée de nouveaux déserts créés par une culture du matérialisme, de l'égoïsme et de l’indifférence", a-t-il notamment estimé.

Un peu partout, des militaires ou policiers, pour certains en armes, sont visibles. Environ 10 000 membres des forces de l'ordre ont été mobilisés pour assurer la sécurité de l'événement. Le Kenya n'est pas épargné par les tensions ethniques. Le pape a ainsi appelé à rejeter le "préjugé et la discrimination", pendant qu'étaient prononcées des prières en swahili, la langue nationale, et en masaï, kiborana et turkana, des langues locales.

Ses quelques mots en swahili à l'issue de l'homélie sont salués par un tonnerre d'applaudissements. Tout au long de la messe, de nombreux fidèles ont chanté et dansé. Pour la communion, des centaines de prêtres, sous des parapluies tenus par des volontaires, distribuaient l'hostie, les gens se rassemblant autour d'eux par petits groupes.

Enfin, dans un discours vigoureux, qui interpelle, mais aussi qui encourage avec bienveillance, le pape a souhaité délivrer un message devant le clergé kenyan en début d’après-midi, sur le terrain de sport de la St Mary’s School, une école de l’archidiocèse de Nairobi où avait été dressé un grand chapiteau. Le pape a indiqué que "dans la prêtrise ou la vie consacrée il faut entrer par la porte, et la porte c’est le Christ". "Ne vous éloignez jamais de Jésus", a-t-il déclaré, insistant sur l’importance de la prière. "N’arrêtez jamais de prier, n’abandonnez pas la prière". "Si un religieux, un prêtre abandonne la prière son âme devient sèche, il a une mauvaise âme", a souligné le pape, rappelant que "se consacrer à Dieu c’est servir et non pas se servir".

Le pape François se pose en défenseur de la famille qui pour lui peut faire face à l'égoïsme de nos sociétés matérialistes et souhaite la réussite de la COP21 tout en demandant au clergé kényan de servir comme l'a fait le Christ. Le pape François s'adapte à la situation et délivre son message entre modernité et conservatisme mais aussi très dur pour avoir une écoute certaine et il arrive ainsi à atteindre facilement son public.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article