À Cuba, accolade historique entre le pape et le patriarche de Moscou

Publié le 13 Février 2016

À Cuba, accolade historique entre le pape et le patriarche de Moscou

Cath.ch, LePoint.fr et LeMonde.fr nous montrent que pour la première fois dans l’histoire, un pape et un patriarche de Moscou se sont donnés une accolade fraternelle à Cuba, le 12 février 2016. En provenance de Rome et après avoir été accueilli par le président Raúl Castro sur le tarmac de l’aéroport de La Havane, le pape François a ainsi rencontré pour la toute première fois son "frère" le patriarche orthodoxe russe Kirill. Les deux chefs religieux ont ensuite entamé un entretien privé.

Jamais les chefs des deux plus grandes confessions chrétiennes ne s’étaient rencontrés. Dans un salon de l’aéroport de La Havane, le pape François et le patriarche Kirill, souriants, se sont embrassés avant de s’asseoir côte à côte, sur deux fauteuils identiques et devant un grand crucifix peint. "Hermano" (frère, en espagnol), a dit plusieurs fois le pape au patriarche orthodoxe, glissant en italien "finalmente" (finalement). "Il est très clair, a-t-il encore affirmé, que c’est la volonté de Dieu", a ajouté le pape argentin. Les deux hommes ont alors semblé ne pas se quitter des yeux.

C’est aidés de deux interprètes qu’ils devaient ensuite s’entretenir, seulement accompagnés par le métropolite Hilarion, président du département pour les relations extérieures du Patriarcat de Moscou, et le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens. Ils ont par la suite signé une déclaration commune dont les termes ont été discutés jusqu’à 48 heures plus tôt.

Dans celle-ci, ils ont déploré "la perte de l'unité" entre chrétiens et ont souhaité son "rétablissement". "Conscients que de nombreux obstacles restent à surmonter, nous espérons que notre rencontre contribue au rétablissement de cette unité voulue par Dieu", affirment les deux dirigeants de l'Église catholique et de la principale Église orthodoxe, dans ce document.

Celle-ci comporte aussi un appel pressant en défense des chrétiens d’Orient, dont le sort actuel a été l’un des facteurs qui a poussé au rapprochement les chefs de ces deux Églises chrétiennes qui se sont si longtemps tourné le dos. "Nous appelons la communauté internationale à des actions urgentes pour empêcher que se poursuive l’éviction des chrétiens du Proche-Orient" et à "mettre fin au terrorisme à l’aide d’actions communes, conjointes et coordonnées".

Le pape est descendu de l’avion qui l’amenait de Rome pour saluer d’abord président cubain Raúl Castro qui l’a accueilli sans aucune cérémonie protocolaire. Le pontife également salué l’archevêque de la Havane, le cardinal Jaime Ortega, ainsi que le cardinal Koch qui l’avait précédé sur l’île castriste . Le pape s’est ensuite immédiatement rendu dans l’aéroport où il rencontre le patriarche Kirill de Moscou, arrivé la veille à Cuba.

L'entretient s'est basé sur la défense des Chrétiens d'Orient, et se veut un rapprochement œcuménique fort, mais attention le patriarche Kirill et le pape François savent de nombreux obstacles restent à surmonter, mais souhaitent malgré tout qu'elle soit une contribution au rétablissement de l'unité chrétienne. Espérons que cette unité ne se fera pas au dépend de l'opposition syrienne et de l'Ukraine.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article