Loi Travail : la manifestation du 23 juin finalement autorisée, sur "un parcours proposé par le ministre de l'Intérieur"

Publié le 22 Juin 2016

RTL.fr nous montre que quelques heures auparavant, le préfet de police de Paris avait interdit la manifestation contre la loi Travail le jeudi 23 juin à Paris.

Elle a été interdite pendant quelques heures. La manifestation contre la loi Travail à Paris aura finalement lieu jeudi 23 juin. Les syndicats ont "obtenu le droit" de manifester "sur un parcours proposé par le ministre de l'Intérieur", depuis la place de la Bastille jusqu'au bassin de l'Arsenal, a annoncé, ce mercredi 22 juin le leader de la CGT, Philippe Martinez, lors d'une conférence de presse.

"Après des discussions serrées avec le ministre de l'Intérieur, les organisations syndicales et de jeunesse ont obtenu le droit de manifester à Paris sur un parcours proposé par le ministre de l'Intérieur, ainsi que l'autorisation de manifester le 28 juin selon des modalités à déterminer", a expliqué Philippe Martinez, qui parlait au nom des sept syndicats opposés à la loi travail réunis au siège de la CGT. Mercredi matin, le défilé prévu par les syndicats avait été interdit par la préfecture de police.

Saluant "une victoire de la démocratie", il a appelé les salariés "à manifester massivement". Selon lui, "le président n'a d'autre issue que de réunir les organisations syndicales et de jeunesse très rapidement" pour trouver une sortie de crise. Le cortège partira de la place de Bastille, puis fera le tour du bassin de l'Arsenal, avant de retourner à Bastille, a précisé Jean-Claude Mailly (FO), tout en annonçant qu'une "réunion" se tiendrait mercredi "après-midi à la préfecture sur toutes les modalités pratiques de la manifestation". Selon Jean-Claude Mailly, Bernard Cazeneuve a jugé que ce parcours, d'une longueur de 1,6 kilomètre, était "plus sécurisé". Le ministre a précisé qu'"aucun débordement" et "aucune violence" ne seront tolérés.

Tous les leaders syndicaux de l'intersyndicale (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, Fidl et UNL) seront présents, ont-ils indiqué, y compris Philippe Martinez, initialement attendu à Bordeaux. "Le principal, c'est qu'il y a le respect de la liberté de manifester, c'est un point clef", a estimé Jean-Claude Mailly. Mercredi matin, le défilé prévu par les syndicats, qui devait partir de Bastille pour rejoindre la place de la Nation, avait été interdit par la préfecture de police, qui proposait un rassemblement "statique" à Nation.

Mais comme le montre francetvinfo.fr lors d'une déclaration à la presse, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, met en garde mercredi les participants à la manifestation contre la loi Travail finalement autorisée jeudi à Paris. Il prévient qu'"aucun débordement, aucune violence" ne seront "tolérés". Tandis que les syndicats réclament une enquête parlementaire sur ces violences : "Dans le même temps, certains individus responsables de 'casse' sont contenus en tête de cortège sans jamais être neutralisés par les forces de police." "De nombreux manifestant-tes sont victimes de graves dysfonctionnements : délogés, pourchassés, blessés, interpellés par les forces de police alors même qu'ils n'ont commis aucune infraction !"

Il est bon qu’un gouvernement laisse l’expression populaire se faire. Ici la ligne dure de Manuel Valls vient de perdre, au profit de François Hollande, qui veut négocier avec les syndicats, qui semble avoir repris la main dans ce dossier.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article