Pédophilie : les évêques pourront être révoqués pour "négligence", annonce le pape François

Publié le 4 Juin 2016

RTL.fr nous apprend que le Saint Siège entend faire preuve d'une tolérance zéro contre les affaires de pédophilie au sein de l'Église.

Les évêques qui se rendront coupables de "négligence dans l'exercice de leur fonction" vis-à-vis de cas "d'abus sexuels commis sur des mineurs", pourront être révoqués, selon un nouveau décret émis samedi 4 juin 2016 par le pape, et incorporé au droit canon. Celui-ci prévoit déjà la révocation pour "causes graves", précise le pape François. "Avec la présente, j'entends préciser que parmi ces dites causes graves, est désormais comprise la négligence des évêques dans l'exercice de leur fonction, en particulier vis-à-vis des cas d'abus sexuels commis sur des mineurs et des adultes vulnérables", écrit le Saint-Père. Le pape François annonce également la création d'un collège de juristes chargé de l'assister avant de prononcer la révocation d'un évêque, précise un communiqué du porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi.

Dans cette lettre apostolique, sous forme de "motu proprio" (une lettre apostolique émise par le pape de sa propre initiative), et intitulée Comme une mère aimante, le pape rappelle que l'Église catholique "aime tous ses fils, mais soigne et protège avec une affection toute particulière les plus faibles et les sans défense". C'est pourquoi, ajoute le pape, ses pasteurs, et notamment ses évêques, doivent "faire preuve d'une particulière diligence dans la protection des plus faibles parmi les personnes qui lui sont confiées".

Le pape a maintes fois appelé à punir avec sévérité ceux qui se rendent coupables d'abus sexuels contre les mineurs et à faire preuve de tolérance zéro à l'égard de ce qu'il qualifie de "tragédie". Il a ainsi estimé à plusieurs reprises que les évêques ayant protégé des pédophiles devaient démissionner. Il a d'ailleurs créé au Vatican une instance judiciaire pour les juger. Depuis 2001, le Vatican a donné des consignes fermes aux Églises nationales du monde entier, comme la collaboration automatique avec la justice et la suspension du prêtre accusé, mais les associations de victimes estiment que la conspiration du silence reste tolérée au plus haut niveau.

France24.fr nous montre qu’interrogé par l'agence d'informations catholiques I-Media, le père Lombardi a assuré que ce "motu proprio" du pape n'était à lier avec aucune affaire récente en particulier. L'Église de France est actuellement sous le cas d'affaires de pédophilie dans le diocèse de Lyon (centre-est) qui éclaboussent le cardinal Philippe Barbarin. Le doute est permis, car ces affaires ont fait avancer les outils pour mettre fin aux abus sexuels des prêtres.

FranceInter.fr nous signale que le diocèse de Paris a profité de la journée annuelle du presbyterium vendredi 3 juin qui réunit l’ensemble des prêtres pour annoncer de nouvelles mesures dans l’accompagnement des victimes d’actes pédophiles ou d’agressions sexuelles. Le diocèse prévoit la mise en place d’un dispositif d’accueil et d’écoute, supervisé par une femme laïque, désignée par le cardinal Vingt-Trois. C’est elle qui décidera des suites de ce dispositif d’accueil de la famille. Un psychologue pourra également être présent, selon la volonté des familles. Pour entrer en contact directement avec un vicaire général, "plus proches collaborateurs du cardinal Vingt-Trois" selon le diocèse une adresse e-mail est mise en place : signalement@diocese-paris.net.

Et francetvinfo.fr nous montre aussi qu’une victime d'agressions sexuelles commise par prêtre du diocèse de Lyon, victime qui est appelé ici Thomas, exige du cardinal Barbarin qu'il prenne ses responsabilités en matière de pédophilie et "qu'il s'engage à engager des poursuites canoniques à l'encontre du prêtre", car le père Philippe de Morand avait été déplacé par l'archevêque de Lyon dès la connaissance des faits en 2008. Le prêtre avait été exfiltré vers l'abbaye de Notre-Dame de Sept- Fons dans l'Allier pour une période de 3 mois avant de retrouver une affectation dans un diocèse de la région parisienne.

Les victimes des prêtres pédophiles n’ont plus confiance en l’Église qui prend beaucoup de temps pour livrer à la justice ces criminels à la justice. Il va falloir aller un peu plus vite pour que les victimes croient que l’Église est encore une «mère pour eux».

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

gaetan ribault 05/06/2016 11:51

Je me demande à qui dénoncer le prophète Elie (1ere lecture de ce dimanche) qui se livre par trois fois à des attouchements sur un jeune garçon sous le prétexte de le ressusciter.

paroissiens-progressistes 07/06/2016 18:50

gaëtan,

Au dernières nouvelles, ces prêtres ne sont pas innocents ils ont été couverts par leurs diocèses et envoyés ailleurs sans être dénoncé à la justice. Utiliser Freud ici est de mauvais alois.

Merci !

gaetan ribault 07/06/2016 09:50

Innocents les enfants ? C'est bien Freud qui les considérait comme des
"pervers polymorphes" Notez que Freud c'est un peu dépassé !

paroissiens-progressistes 06/06/2016 18:56

gaëtan,

Attention le sens de l'humour était ici mal appliqué, c'est pour cela que je trouvais que ça manquait de finesse. Mais vous savez très bien que ces prêtres n'ont pas pour but de guérir ou de réveiller les morts, mais d'abuser d'enfants et ainsi briser leur innocence.

Merci !

gaetan ribault 06/06/2016 08:38

La notion de finesse est relative , mon sens de l'humour ne vous convient pas , tant pis!
Il n'empêche qu'un prêtre de nos jours faisant les mêmes pratique sur un sujet évanoui, ou en catalepsie, se verrait accusé des pires méfaits.(surtout dans sa chambre)

paroissiens-progressistes 05/06/2016 20:04

gaëtan,

Toujours aussi peu fin, et il ne semble pas qu'Elie ait fait d'attouchement à caractère sexuel mais une méthode pour réchauffer l'enfant. Les malaises n'étaient pas rares. Ne prenez pas le mauvais exemple pour essayer d'excuser ces prêtres pervers.

Merci !

Françoise 05/06/2016 09:30

F1 sent que l'affaire enfle, donc tente de prendre des mesures rustines histoire de ne pas être accusé comme les autres hauts-prélats. Mais je crains qu'il ne paye comme les autres, les errances et le déni institutionnel.
En allant voir les autres associations européennes de victimes de prêtres pédophiles, je suis tombée sur un magnifique témoignage d'une suissesse, Florence, qui résume bien la situation:

http://www.groupe-sapec.net/medias/Temoignages/Temoignage_de_Florence.pdf

paroissiens-progressistes 07/06/2016 19:01

Françoise,

Je te remercie pour ce lien, je ne connaissais pas ce cas.