Réduire la curie romaine n’est pas une réforme

Publié le 3 Juillet 2016

Thomas Reese dans la dernière partie de son article du 23 juin 2016 sur NCRonline.org nous dit que le pape François et ce que son conseil de cardinaux essaient de faire à la curie romaine n’est pas la véritable réforme nécessaire à l’Église. Au contraire, il faut un plan de réorganisation visant à une réduction lente des effectifs au Vatican. Certes la culture romaine est dominante, et cela n’est pas facile pour y arriver.

Une véritable réforme, d'autre part, exige trois changements essentiels au Vatican :

1) Transformer la curie d'une cour papale à une bureaucratie moderne. Pour ce faire, le pape doit cesser de faire des évêques et des cardinaux des fonctionnaires du Vatican. Il doit être clair que la curie est le personnel du pape en tant que chef du collège des évêques et elle ne doit pas faire partie de ce collège.

2) Mettre en œuvre une séparation des pouvoirs dans la curie :

A] Les bureaux de la curie, comme la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, ne devraient pas agir en tant que législateur, procureur, juge et jury dans le traitement des personnes.

B] Les commissions de contrôle des ministères du Vatican, les Congrégations au sens strict du terme, devraient être constitués d'évêques diocésains sélectionnés sur la base de leur expertise par les conférences des évêques. Aucun fonctionnaire de la curie ne devrait être dans ces commissions.

3) Décentraliser la prise de décision dans l'Église. Par exemple, les Congrégations du Vatican ne devraient pas dire aux églises locales comment faire la liturgie (et encore moins traduire des textes), sauf dans les cas les plus exceptionnels où les fondements de la foi sont en jeu.

Ces trois éléments sont essentiels à une véritable réforme de la curie romaine. La réorganisation des ministères et la réduction des effectifs peuvent être utiles, mais ils sont tout simplement une application des premiers secours à une institution qui a besoin d'une intervention chirurgicale majeure.

Le pape François souhaite décentraliser l’Église, mais encore faut-il que la curie ne continue pas encore à être un organisme de blocage à toutes les réformes crédibles. La meilleure solution serait de permettre aux Églises locales de traiter leurs problèmes sans faire appel tout le temps à Rome tout en acceptant que les laïcs aient un rôle plus important. Mais le pape en aura-t-il le courage, on se souvient que les innovations de l’Église en Hollande entre les années 1960 et 1970 furent mises à mal par un Paul VI trop timoré.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Réforme de l'Église

Repost 0
Commenter cet article