Appel du Saint-Père en faveur de la coexistence dans le Caucase

Publié le 30 Septembre 2016

Comme le montre swissinfo.ch le pape François a appelé ce vendredi 30 septembre 2016 à la "coexistence" entre les peuples lors de sa visite à Tbilissi, en Géorgie. Il s'agit de la première étape d'un court séjour dans le Caucase, qui doit se prolonger en Azerbaïdjan, trois mois après un voyage en Arménie. Accueillant le pape, le président géorgien Giorgi Margvelashvi lui a rappelé qu'il arrivait dans un pays "toujours victime d'une agression militaire de la part d'un autre État" et que "20%" du territoire géorgien était encore "occupé", allusion à la Russie.

Dans son discours, Jorge Bergoglio n'a pas fait directement référence à la guerre-éclair qui a opposé la Russie et la Géorgie en août 2008. Il a cependant rappelé que la "coexistence entre tous les peuples et les États de la région" était la "condition préliminaire indispensable" pour parvenir à la paix et à la stabilité. Néanmoins, la compréhension mutuelle ne signifie pas le renoncement au "respect des prérogatives souveraines de chaque pays dans le cadre du droit international", a-t-il dit, après que le président géorgien a remercié le Saint-Père pour avoir soutenu l'intégrité territoriale de la Géorgie.

Jorge Bergoglio se veut messager de paix dans cette région du Caucase, toujours en proie aux tensions. Il a retenu la formule "Pax vobis" (la paix sur vous) comme devise de ce voyage, dont la portée œcuménique s'est exprimée à travers notamment une rencontre avec le Catholicos patriarche orthodoxe de toute la Géorgie, Ilia II. Orthodoxe à près de 85%, la Géorgie a été évangélisée dès l'aube du christianisme par André, l'un des douze apôtres, et cette religion s'est définitivement imposée au IVe siècle.

Seul point noir de ce déplacement, selon Valentina Karakhanian, historienne géorgienne travaillant au Vatican : les tensions autour des anciennes propriétés de l'Église catholique qui ont toutes été transmises à l'Église orthodoxe. "La visite papale apportera peut-être un certain dégel entre les deux Églises mais pas une avancée", a affirmé pour sa part Levan Sutidzé, spécialiste des religions pour le magazine géorgien Tabula. "Les différences théologiques sont importantes et l'Église géorgienne est connue pour sa position isolationniste", a-t-il ajouté. Quelques dizaines de manifestants s'étaient d'ailleurs rassemblés devant l'aéroport à l'arrivée du pape, pour dire leur hostilité à la venue du chef de l'Église catholique en terre orthodoxe.

Autre temps fort de ce voyage : la rencontre que devait avoir le pape vendredi soir avec la communauté assyro-chaldéenne, l'une des trois communautés catholiques présentes en Géorgie avec les communautés latine et arménienne. Cette Église d'Orient est surtout implantée au Moyen-Orient (Irak, Syrie, Liban) et des pèlerins syriens et irakiens étaient attendus à Tbilissi. Les premières migrations d'Assyro-chaldéens datent du XVIIe siècle mais beaucoup d'entre eux sont arrivés au début du XXe siècle, fuyant la Première Guerre mondiale et les persécutions dont ils faisaient l'objet dans l'Empire ottoman. La communauté a conservé l'usage de l'araméen et le pape devait dire quelques mots dans ce qui était la langue de Jésus, lors d'une prière pour la paix en Syrie.

Le porte-parole du Vatican n'a pas donné de détails sur ce que pourrait être le message de paix du pape dimanche en Azerbaïdjan. Mais fin juin, après son voyage en Arménie, le souverain pontife avait appelé les pays du Caucase du Sud à "la ténacité et à des pas continuels" vers le règlement de leurs conflits. En Azerbaïdjan, le pape aura l'occasion de rappeler cette nécessité de la paix à ses interlocuteurs, dont le président azerbaïdjanais Ilham Aliev.

Le pape François veut apporter la paix au Caucase dans une tâche qui va s’avérer difficile tant au niveau politique et religieux, la rencontre avec les communautés catholiques et orthodoxes des lieux lui permettront de voir quel sera sa tâche malgré son court voyage. La paix ne vient que si l’écoute est prête pour cela.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article