Des cardinaux conservateurs se rebellent contre la méthode du pape

Publié le 12 Octobre 2015

Comme le montre LePoint.fr dans son article du lundi 12 octobre 2015 une dizaine de cardinaux conservateurs ont vivement contesté l'organisation du synode sur la famille, voulue par le pape François, dans une lettre dans laquelle ils redoutent que les jeux soient déjà faits, a-t-on appris lundi auprès de cette assemblée.

L'organisation et les procédures de fonctionnement de cette assemblée d'évêques, dont la création de groupes linguistiques, manquent «de collégialité authentique», selon cette lettre en anglais adressée au pape à l'ouverture du synode, le 5 octobre 2015, et rendue publique le 12 octobre. Une autre crainte exprimée est que le synode soit dominé par la question sensible de la communion des divorcés remariés civilement. Ces cardinaux s'en prennent aussi indirectement au pape François en contestant la neutralité de la commission qu'il a nommée afin qu'elle rédige le document final. Ses membres ont été «nommés, non élus, sans consultation», déplorent-ils.

Parmi les signataires figurent le cardinal italien Carlo Caffarra, archevêque de Bologne, le cardinal hongrois Peter Erdö, archevêque de Esztergom-Budapest, le cardinal australien George Pell, préfet du Secrétariat pour l'économie, le cardinal allemand Gerhard Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal guinéen Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin.

En revanche, cités parmi les signataires, le cardinal italien Angelo Scola, archevêque de Milan, et le cardinal français André Vingt-Trois, archevêque de Paris, ont démenti avoir signé cette lettre. Le document de travail, l'Instrumentum Laboris, est très critiqué et ne peut «servir de manière adéquate de texte de base d'un document final», écrivent-ils encore au pape argentin, qui préside le synode et en a décidé le mode opératoire.

Les nouvelles procédures de travail dans les groupes linguistiques sont vues «dans certains milieux comme manquant d'ouverture et de collégialité authentique», soulignent encore les cardinaux contestataires. Ils demandent que «la rédaction de propositions à voter par le synode tout entier soit rétablie».

Comme une réponse à cette lettre, le pape avait fait une mise au point remarquée, le 6 octobre, pour assurer que le synode ne se résumait pas à la seule question des divorcés-remariés et que la doctrine de l'Église sur le mariage n'était pas remise en question. Le 8 octobre, il avait demandé aussi aux pères synodaux de ne pas céder à «l'herméneutique (méthodologie) de la conspiration».

Cette histoire confirme l'importance des mots du pape François qui a invité les évêques à laisser tomber l'''herméneutique de la conspiration" et leur a suggéré aux pères de ne pas être "influencé" par la réduction de leur horizon, comme le montre la contestation de l'organisation du synode par douze cardinaux conservateurs.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article