L'Église portugaise espère un renouveau du message de Fatima

Publié le 12 Mai 2017

Radio Vatican nous montre que le pape François est arrivé ce vendredi 12 mai 2017 vers 16h20 heure locale au Portugal, à l'occasion de son premier voyage dans ce pays. Après avoir été accueilli par le président portugais et l’évêque de la base aérienne de Monte Real où il a atterri, à 45 km de Fatima, le pape se rend en hélicoptère directement au sanctuaire. Ce pèlerinage à l’occasion du centenaire des apparitions de la Vierge (dont beaucoup d’historiens doutent) dans ce village au centre du pays en 1917 s’ouvre par une prière seul et en silence du pape.

 

Aujourd’hui, célébrer cette mémoire des apparitions en présence du pape François doit redonner vie au message de Fatima, en particulier dans le contexte actuel morose. C’est en tout cas ce qu’attend l’Église portugaise de ce centenaire, comme l’exprime Monseigneur Manuel Barbosa. Le secrétaire national de la Conférence épiscopale portugaise est présent au sanctuaire pour ce centenaire.

 

Dans l’avion qui l’amenait à Fatima, le pape François a salué le 75 journalistes du vol papal. «C’est un voyage un peu spécial, un voyage de prière, une rencontre avec le Seigneur et la Sainte Mère de Dieu, merci de votre compagnie et allons de l’avant» leur a confié le Saint-Père.

 

A l’arrivée à Monte Real, après avoir rencontré les autorités portugaises, le pape a été accueilli par des fidèles portugais et trois jeunes habillés comme François, Jacinthe et Lucie, les bergers de Fatima qui auraient vu la Vierge Marie en 1917. Le pape a aussi salué dix enfants de militaires atteints de maladie, avant de se rendre dans la Chapelle de la Base aérienne.

 

Comme le montre Radio Vatican dans son article «François prie dans la Chapelle des apparitions», une foule de plusieurs centaines de milliers de personnes a accueilli le pape François à son arrivée en hélicoptère au Sanctuaire de Fatima. Une foule venue de tout le Portugal, puisqu’un jour férié avait été décrété pour faciliter la participation à ce pèlerinage de prière.

 

Se déclarant, dans sa longue prière mariale, «prophète et messager pour laver les pieds à tous les hommes», le pape François demande à Marie de nous faire suivre l’exemple des petits bergers, François et Jacinthe, pour «abattre tous les murs», pour «vaincre toutes les frontières», et pour aller «vers toutes les périphéries», afin de révéler la justice et la paix de Dieu. Et François de poursuivre : «Nous serons une Église vêtue de blanc, de la pureté blanchie dans le sang de l’agneau versé aujourd’hui encore dans toutes les guerres qui détruisent le monde».

 

Le pape a déposé une Rose pour Notre Dame de Fatima, une rose d’or qu’il avait déjà annoncée dans le message vidéo adressée deux jours avant son voyage. Une rose d’or en signe de l’union physique ou spirituelle avec tous les pèlerins de Fatima. Le pape François à son arrivée a traversé la foule en papamobile avant de se recueillir longuement en silence devant la petite chapelle, et devant la statue de Notre Dame de Fatima. La foule s’était alors faite silencieuse pour partager avec le pape l’intensité de sa prière.

 

Espérons que ce voyage ne sera pas une immense ode à la mariolâtrie mais plutôt un message pour une Église portugaise qui doit sortir de ses habitudes et des ses acquis pour aller vers ceux qui ont besoin d’elle. Mettre en avant les actes d’amour et pas seulement les actes pieux serait un grand pas en avant.

 

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article

Françoise 16/05/2017 09:10

Comme tu as pu le constater, ce fut un voyage à grand spectacle, seulement pour faire oublier via l'image de Marie, les turpitudes de l'Eglise.
Une rose d'or comme union avec les malades?
Mais il a pas l'impression d'être à côté de la plaque ou carrément insulter justement les malades qui se saignent pour venir à Fatima car la plupart du temps pauvres. Et lui il offre une rose d'or car l'Eglise gagne un argent fou avec Fatima et que cet or, jamais les malades et les pèlerins dans leur majorité ne pourraient y accéder. Il est décidément sur une autre planète tout en se réclamant de François d'Assise. Navrant!